TASHI DELEK le forum Asie du sud EST.

Voyages en Asie du Sud Est
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les moustachus, le curry, les montagnes et moi !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
crevette

avatar

Nombre de messages : 2000
Age : 39
Ville : Noisy le Sec
Date d'inscription : 01/10/2007

MessageSujet: Les moustachus, le curry, les montagnes et moi !   Ven 24 Juil 2009, 13:20

1 an que j'attendais de pouvoir ressortir le sac a dos, 3 nuits sans avoir veritablement bien dormi mais j'y suis !

Je traverse Noisy chargee tel un sherpa, les gens me regardent d'une drole de facon. Je realise combien peu de familles ici ont les moyens de s'offrir des vacances, et certainement pas a l'autre bout de la planete comme j'ai la chance de pouvoir le faire.

Arrivee a CDG, j'ai comme une impression de deja-vu, vous savez le boulet qui oublie sa valise et grace a qui tout un terminal entier est evacue ?...
Et oui, rebelote !
Quelques achats : ma traditionnelle et indispensable dose de goudron-nicotine et du chocolat pour Shailaja et sa famille.

A ce propos, il faut quand meme que je fasse les presentations ! Un de mes collegues ayant bosse a Delhi pendant 1 an m'avait, il y a 4 mois de cela, propose des contacts sur Delhi.
J'avais au depart refuse, un peu genee a l'idee d'aller squatter chez quelqu'un, pas tres envie de m'imposer de quelque maniere que ce soit.
Il avait fini par me convaincre de prendre un ou deux numeros, au cas ou, un pepin ca arrive, c'est toujours utile d'avoir une personne a joindre en cas d'urgence.

J-10 un matin au boulot :
- J'ai une bonne nouvelle pour toi, j'ai une copine qui est ok pour t'heberger sur Delhi !
- Ok, c'est super R. mais je ne veux vraiment pas avoir l'air de m'incruster !
- Ecoute voila son adresse mail, vois avec elle !
Et quelques echanges de mails plus tard, me voila en route chez une petite nenette qui semble etre une montagne de gentillesse, Shailaja.

En arrivant a bord de l'A330 d'Air India, je me sens deja en Inde, les hotesses en sari, les fauteuils uses mais colores et, oserais-je le dire ?! Ca sent le curry a bord !
J'adore deja !

Premiere experience de nana seule : mes voisins de devant semble particulierement interesse par leur voisine de derriere ! Ca pouffe, ca rigole, ca se retourne, ca me regarde, ca rigole de nouveau !
Je me dis que je ferais bien de m'y habituer, car il parait que dans 8 heures, je vais enfin prendre la mesure de l'expression "choc culturel".



8 heures, une adresse mail et un numero de telephone plus tard (le fameux sublimissime voisin de devant qui finit par me coincer a la sortie des toilettes pendant le vol, romantisme quand tu nous tiens !...), je suis a l'heure a Delhi et saute dans un taxi prepaye pour rejoindre les parents de Shailaja.

-He's the best drrriverrr maaaadam, you must tip !
Ca commence, je me marre !
- Mais my friend, je te crois, tu peux lui assurer qu'il aura un pourboire s'il m'emmene au bon endroit !

Je comprends assez vite que mon chauffeur ne sait pas lire, il va se faire aider pour dechiffrer l'adresse que je lui tends et n'hesitera pas a demander son chemin a maintes reprises pour me laisser a bon port. Sa perseverance meritera une recompense, c'est certain.

La traversee de Delhi m'amuse.
C'est un joyeux bordel sans nom ou la seule loi qui semble regner est celle du klaxon, c'est surprenant, mais ca a l'air de fonctionner.
Il faut avoir les vertebres solides entre les nids de poule (mais alors de treees grosses poules) et les nombreux coups de frein. Je dois commencer a y etre habituee, je n'ai pas serre les fesses une seule fois, meme a 3 cm centimetres d'une autre voiture !
L'atmosphere est jaune de pollution, il n'est que 8h quand je saute dans le taxi, mais deja l'air est suffocant.
Ca grouille de monde dans un chaos des plus anarchique : chacun roule et traverse en meme temps, y compris des voies qui s'apparentent a des autoroutes. Sur le bord de la route, des vendeurs, des balayeuses, des gosses pouilleux qui jouent dans la poussiere...
Welcome in India !



A l'arrivee chez Shailaja, sa mere Indira m'accueille et me presente Parmahatma, son mari. Tous deux parlent parfaitement anglais, ce qui va amplement faciliter la communication.
Elle me prepare de quoi dejeuner en me precisant qu'ils sont vegetariens et espere que ca ne me derange pas. Je la rassure "je mange a peu pres tout ce qui est comestible, ne vous en faites pas ! ".

Pendant ce temps, je fais connaissance avec mister P. comme je vais m'amuser a l'appeler, faute de comprendre de suite son prenom. Il est tres bavard, je crois qu'il est ravi d'avoir un peu de compagnie. Nous rions beaucoup, je lui apprends quelques formules de politesse en francais pendant qu'il m'apprend a compter en hindi.

Ils font partie de la middle class indienne, Indira originaire du Tamil Nadu, est une ancienne institutrice recemment a la retraite, quant a mister P, aujourd'hui 70 ans, il est ne au Karnataka et travaillait dans une usine de petrole ce qui lui a cause et lui cause encore aujourd'hui de serieux problemes de sante : un grave accident a force d'inhaler des hydrocarbures, le sang n'irrigue plus tout son cerveau, il est sous traitement depuis 15 ans, ca joue aussi sur sa memoire.
Ils ont eu 2 enfants, un fils, marie il y a 2 ans, qui a prefere quitter le domicile familial pour s'installer avec sa femme plus pres de leurs boulots respectifs, bientot papa, et Shailaja.

Shailaja, que je finirais par rencontrer un peu plus tard dans la journee, c'est comme prevu un amour de fille.
31 ans, mariee, puis separee, ce qui explique son retour chez ses parents, tres jolie, tres independante, qui sait farouchement ce qu'elle veut, probablement tres emblematique du changement des mentalites dans les grandes villes.

La mousson est de plus en plus tardive, il devrait pleuvoir depuis 15 jours deja, les temperatures sont tres elevees, il fait plus de 40 degres dans la journee, et il est vrai que ca n'encourage pas les deplacements.
Des restrictions d'eau ont ete mises en place, ici on se lave au broc, j'essaie d'etre la plus econome possible et de ne rien gacher. Les restrictions concernent aussi les toilettes, c'est un peu la surprise visuelle et olfactive quand vient mon tour ! Y'en a qui sont passes avant moi on dirait !

Indira est tres inquiete de savoir ce que je vais faire, elle craint que la chaleur ne me rende malade, elle prefererait me savoir dans un bus climatise a touristes, ce qui n'est bien evidemment pas du tout ce que j'envisage.
J'ai beau ne pas avoir la moindre idee de l'endroit ou je me situe dans Delhi, demain, c'est decide a moi la vieille ville !

Je rencontre enfin Shailaja, fidele a l'image que je m'en etais faite. Un petit tour au marche du coin, 1er rickshaw, 1er gosse qui mendie.
Je cherche une carte SIM, Shailaja l'achetera pour moi (les etrangers ne peuvent le faire, question securite anti-terroriste semble-t-il), puis diner succulent d'Indira.
Une chose est certaine, moi qui etais inquiete a l'idee de perdre du poids, ca n'arrivera pas chez eux, 3 repas copieux en quelques heures... un plaisir.



Je suis la depuis une journee a peine, mais je sais deja qu'il me sera impossible de rendre leur hospitalite et leur generosite a mes hotes !


Dernière édition par crevette le Ven 24 Juil 2009, 14:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
crevette

avatar

Nombre de messages : 2000
Age : 39
Ville : Noisy le Sec
Date d'inscription : 01/10/2007

MessageSujet: Re: Les moustachus, le curry, les montagnes et moi !   Ven 24 Juil 2009, 13:51

Old Delhi donc... je file prendre le metro avec Shailaja que j'abandonne en cours de route, non sans avoir recupere un petit encas pour dejeuner, Indira veille au grain, j'vous l'dis !
L'espace d'un instant je me retrouve a Bangkok, meme architecture, meme systeme de token, memes rames de metro, meme proprete...

Je sors pres du Red Fort et vais attaquer ma 1ere journee seule dans un Delhi surpeuple.
Effectivement, ca grouille, ca pue (a 45 degres sous le soleil, les narines sont malmenees, mais je m'attendais a bien pire), la circulation c'est du grand n'importe quoi.
Les contresens n'effraient personne.
A Rome, fais comme les romains ! Je prends mon air le plus assure pour traverser et me fie au bruit du klaxon : s'il se rapproche, c'est qu'il est temps d'accelerer sous peine d'y laisser des doigts de pieds !

L'entree du fort est impressionnante.



On arrive rapidement vers les anciens appartements de Shah Jahan, mais l'Inde craint les attentats, aucun de ces batiments ne sera visible de l'interieur.



Je passe une petite heure a flaner, et a decouvrir le jeu prefere des Indiens : prendre les blancs en photo.
Et pour le coup, ce n'est un pas un jeu qui me plait beaucoup, j'ai jamais vraiment aime jouer les modeles ! Je decline gentiment jusqu'a ce que ce groupe de mecs me mette la pression. Ca dure, ca s'eternise meme...
Je craque : "ok, vous voulez me prendre en photo ?... Et bien, c'est 50 roupies !". Ils partent...
J'aurais du faire ca plus tot, technique excellente, a retenir pour les prochains !

Je mange un bout pres du Kinari Bazar que je traverse pour rejoindre la Jama Masjid. Sur le chemin, y'a un truc qui m'interpelle... les indiennes me parlent en hindi et les touristes me demandent leur chemin.
Youhou les gars, z'avez p'tet pas bien vu, mais... j'suis pas franchement du coin ! Je n'imaginais pas a ce point me fondre dans le paysage !

13h a la Mosquee, c'est l'heure de la priere, je rebrousse chemin pour me balader dans les rues adjacentes, en attendant 14h. Je croise 3 jeunettes "hello darling, where are you going ? "
Je leur explique... avec mon cheich sur la tete, elles sont persuadees que je suis musulmane et ne comprennent pas pourquoi je me suis faite refoulee. Je reexplique... Drole de poulettes, elles disparaissent aussi vite qu'elles sont apparues !
Je discute un peu avec les vendeurs du coin "oui, oui, je suis mariee, non c'est la 3eme fois que je viens en Inde je te dis ! Tiens my friend, une cigarette francaise pour sceller notre amitie !"
Pour le moment, ca a l'air de suffire, on me fiche la paix et on me sert des "madam" a chaque fin de phrase.




14h a l'entree de la Mosquee, je paye mes 200 rps pour l'appareil photo et revets une sublime "robe" longue a pois verts qui me fait soudain ressembler a Gisele des Vamps.
Le tableau n'est pas encore complet... je suis suivie par un mec qui a visiblement l'intention de me faire la visite... Mais y'a un probleme : il est muet !
Bernado (speciale dedicace a tous les fans de Zorro !) est coriace, je n'arrive pas a m'en depatouiller. Je ne comprends bien sur absolument rien de tout ce qu'il tente de m'expliquer, mais la scene est assez comique.
Je me mords les levres pour ne pas rire, prends quelques cliches et me brule les pieds... Bon sang cette architecture moghole, c'est quelque chose, je suis conquise !



Je ressors, toujours suivie de Bernardo. Il tend la main, je feins de ne pas comprendre et lui serre la paluche. C'est marrant, je crois que je viens de perdre mon nouvel ami.

Mais le moustachu est toujours la ou on ne l'attend pas ! Je chausse mes tongs, et la, tentative d'extorsion de fonds d'un type qui a soi-disant garde mes chaussures. En meme temps, ca n'a pas du etre bien complique, c'etait la seule paire...
Il a l'air de parler anglais, je tente un brin d'ironie "merci c'est gentil, mais vous savez elles ne seraient jamais parties sans moi ". C'est un flop... je lui montre mon ticket, j'ai deja paye 200 rps, faut pas pousser meme dans les orties !

Je pars et decide de me rendre a la gare pour acheter un billet pour Agra.
J'y vais en rickshaw, je negocie difficilement, je crois mourir 3 fois avant d'arriver. Je me vois finir en chapatti entre une vache decharnee et un camion, mais Shiva a eu l'air de penser que mon heure n'etait pas encore venue !

Trouver le " tourist office " n'est pas simple quand on arrive de l'autre cote de Paharganj, il faut traverser toutes les voies, remonter le quai et se rendre au 1er etage.
Premiere impression : la gare de Delhi, c'est une ville dans la ville !

La tache n'est pas plus simple apres... Un help-desk est dispose a l'entree, a peu pres aussi serviable qu'un employe de la SNCF en greve.
Il me donne un numero de train pour l'aller, m'engueule parce que je le fais repeter mais ne me dit rien pour le retour.
Arrivee au comptoir, je me fais rabrouee de nouveau " fill in the form ! ".
Quoi, quel papier ?... Mais de quoi y me parle le moustachu ?!
Il commence a  me gonfler severe, je perds mon sourire et mon sang froid ! Je vais lui causer de la meme facon, non mais ho !
" Mais quel papier ?! C'est une premiere pour moi, et sur ton panneau juste derriere c'est marque que vous attachez de l'importance au sourire, il est ou le tien ?! Et de quel numero de train tu me parles ?! Comment tu veux que je sache, c'est ton boulot, pas le mien !!!!! "
Le ton change... " Yes Madam ! " et le sourire en prime.

A croire qu'on gagne le respect en traitant les gens comme de la daube, c'est quand meme affligeant...

Diner sur Connaught Place avec Shailaja et un ami a elle. Contraste saisissant avec Old Delhi, pour les parisiens, c'est un peu comme passer de la Goutte d'or aux Champs Elysees...
Un type va m'aborder pour me proposer de me nettoyer les oreilles. J'explose de rire, il me tend son livre d'or. Bon sang, mais c'est vrai, il nettoie les oreilles, c'est son vrai metier.
Sauf qu'en guise de coton-tige, il exhibe fierement un tuyau qui doit faire quelques dizaines de centimetres de long... Beurk... Non ca va aller, merci, je viens d'arriver, mes oreilles doivent encore etre a peu pres propres !

Demain, j'ai envie d'aller trainer dans le sud de la ville, plus complique niveau transport... d'autant que les endroits qui m'interessent ne sont pas tous necessairement cote a cote.
Indira me dit que je peux louer un taxi a la journee... Je commence par dire non, mais au final, galerer sous 45 degres, gerer les autorickshaws pour negocier chaque trajet...
Je me dis que ce sera le budget que je n'aurais pas depense en logement a Delhi... l'equivalent de 2 nuits dans une GH de Paharganj.
Je me laisse tenter, c'est sans regret !


Dernière édition par crevette le Ven 24 Juil 2009, 14:34, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
annitabanana

avatar

Nombre de messages : 1208
Age : 36
Ville : Marseille
Date d'inscription : 07/02/2008

MessageSujet: Re: Les moustachus, le curry, les montagnes et moi !   Ven 24 Juil 2009, 13:52

Super bagus le récit, et ce n'est que le début !
Vivement la suite, merci Crevette sunny
Revenir en haut Aller en bas
http://annitabanana.canalblog.com/
annitabanana

avatar

Nombre de messages : 1208
Age : 36
Ville : Marseille
Date d'inscription : 07/02/2008

MessageSujet: Re: Les moustachus, le curry, les montagnes et moi !   Ven 24 Juil 2009, 14:06

C'est quoi le système des token à BKK ?
Revenir en haut Aller en bas
http://annitabanana.canalblog.com/
crevette

avatar

Nombre de messages : 2000
Age : 39
Ville : Noisy le Sec
Date d'inscription : 01/10/2007

MessageSujet: Re: Les moustachus, le curry, les montagnes et moi !   Ven 24 Juil 2009, 14:32

Je fais donc la connaissance de Laddi, un petit jeune tres sympa et qui en plus parle un peu anglais.
La ballade commence : le parlement, le Rajpath, et premier arret a l'Indira Gandhi Memorial auquel je tenais beaucoup.



C'est grand, je ne peux pas prendre le temps de tout lire, on pourrait facilement y passer une demie journee. Tout d'abord, elle, Nehru, l'enfance, son mariage, ses enfants, ses engagements.
Puis son fils Rajiv, ex-pilote de ligne chez Air India qui prendra la suite de sa mere apres son assassinat, mais qui y laissera lui aussi la vie.
J'aurais beaucoup aime en parler un peu avec Laddi mais il est sikh, et les gardes du corps ayant assassine Indira Gandhi etant sikhs eux aussi, je n'ose pas. Sujet sensible tres probablement !
On s'arrete au tombeau de Safdarjang, empire moghole toujours. Waouh... mon premier du genre !
Ce n'est que le debut !



Puis direction Qutub Minar, une mosquee dont le minaret atteint une quarantaine de metres de haut. On ne peut plus y monter depuis un accident, une glissade qui a coute la vie a une quarantaine d'enfants.
C'est le premier batiment musulman d'inspiration afghane construit a Delhi, je crois qu'il date d'il y a 1000 ans !



Le soleil cogne, je mets mon cheich, decidement ca les intrigue. Cela fait de moi un aimant a photo...
Quant a mon appareil c'est un aimant a momes.
J'en prends 3 en photo, la famille regarde, prend la pose, me demande de faire de meme. Je le fais volontiers, mais je n'avais alors pas compris qu'il allait falloir que je pose avec chacun des membres de la famille, un par un !



Grand moment a suivre : Humayum's Tomb. Sublimissime... c'est l'edifice qui a servi de modele a la construction du Taj. Il est classe au patrimoine mondial de l'Unesco, et on comprend.
2 petites vieilles en guenille m'appellent, j'approche, elles me demandent de les prendre en photo, je m'execute avec plaisir et leur montre la photo.
Et voila qu'elles me demandent de l'argent... Oui, oui, bien sur et un Mars avec !! J'efface la photo et tire ma reverence.



Je flane ici une bonne heure, je me regale de chaque arche, chaque detail sculpte.



Laddi me parle d'un autre tombeau pas tres loin, celui de Nizzamudin, dans le quartier musulman du meme nom. J'y vais a pieds et arrive en plein pendant la priere, il y a beaucoup d'agitation.
Mon cheich fait, je crois, que je ne suis pas trop observee.
C'est dur...
Si vous pensiez qu'a Old Delhi on avait touche le fond, je vous invite a venir trainer vos tongs par ici, vous n'aviez rien vu !
C'est pauvre a pleurer... Les mendiants sont mutiles et vous lancent de ces regards... enfin quand ils ont encore leurs yeux !
Les femmes sont quasi invisibles et les momes feraient passer nos petits Roms dans le metro pour des gosses de riches !

Je crois qu'il est temps de faire un premier point sur ma perception de ce que je vois ici.
J'ai lu et entendu tant de choses horribles ici et la sur ce pays que je m'etais blindee tout en sachant qu'on n'y est jamais vraiment prepare.
Je suis ici depuis 3 jours, et ce qui me perturbe le plus, c'est de trouver tout ca... normal !
Pas de sentiment de compassion. Sans etre comme un poisson dans l'eau, je ne suis absolument pas mal a l'aise face a tout ce qui m'entoure. Rien ne me choque pour le moment.
Et pourtant c'est vrai que la misere s'etale, que les momes font la manche, que tout est degueulasse a un point inimaginable pour qui n'a jamais mis les pieds ici.
Oui, les bidonvilles sont la, le long des rues, des decharges, des chantiers.
Oui, les chiens mangent probablement mieux que tous ces gosses des rues.
Oui, ca pue.
Oui, on est confronte a un panel de tout ce qu'une ville peut offrir de pire.
Pourtant, pas une larme, pas un pincement au coeur... Ma facon a moi de me proteger peut etre.
Qui l'eut cru ?!

Je quitte Nizzamudin pour le Lotus Temple mais je ne suis finalement pas tres motivee pour la visite, il y a une longue file d'attente a l'entree. Pas envie...
Je me la fais a la japonaise, 1 ou 2 cliches et on repart.



Je finis par l'India Gate.
J'ignore completement tous les rabatteurs, et pourtant ils sont nombreux (je me demande tout d'un coup a quoi ca va ressembler au Taj !), puis l'un d'eux pete une durite et se met me a hurler a travers la foule " I hate you !! ".
J'aime bien l'idee de les prendre a leur propre jeu, j'ai l'impression que ca les deconcerte totalement !



Dernier point du jour et non des moindres : Laddi.
C'est un jeune pendjabi adorable, timide au premier abord, mais nous finiront par discuter bien plus dans l'apres-midi. Comme beaucoup d'indiens, il est curieux.
La premiere de ses questions concerne mon statut matrimonial. Ma reponse le fait rire, il m'explique qu'ici soit on est celibataire, soit on est marie, il n'y pas d'intermediaire. Je ne suis pas mariee, de facto je suis celibataire !
Grande oeillade dans le retro, lui aussi est celibataire, je retorque de suite qu'il me semble que ce sont ses parents qui sont censes choisir...
France 1 - Pendjab 0 !

Il me parle de sa religion, de la ville d'Amritsar et de son temple d'Or. Je lui explique que si je devais renoncer a Benares (j'ai encore du mal a imaginer que tous nos vols puissent s'enchainer sans probleme) ce sera certainement ma destination de repli.
Il est enchante, me dit que ce temple, c'est le paradis sur terre. Ses yeux brillent, c'est certain cette ville c'est quelque chose quand on est sikh !
Il veut alors savoir quelle est ma religion... Ah pas simple ! L'atheisme en Inde, ca n'existe pas mais je veux quand meme essayer.
" Et bien, je n'ai pas de religion, pas de dieu...
- Mais alors tu crois en quoi ?
- En moi, en l'autre "

Ouh la, je vois bien que mes reponses lui semblent incongrues. Disons que c'est comme dire : "j'ai les memes pieds que mon pere qui est cul-de-jatte !"
Un truc completement absurde !!

Lui aussi il est intrigue par mon cheich... Il fait le parallele avec son turban.
Quand je l'ai sur la tete " you look good ", des que je l'enleve " you look no good ".

Je rentre, Laddi me demandera finalement moins que prevu.
Une derniere soiree avec Shailaja et ses parents. Indira m'a offert une penjabi et me propose de revenir passer une nuit chez eux en revenant d'Agra avant de rejoindre mes compagnons de route. Je leur explique poliment que je veux profiter au maximum et que je ne pense pas avoir le temps.
J'ai le coeur serre, les adieux avec cette famille risquent d'etre dechirants !
Demain depart pour Agra.
Revenir en haut Aller en bas
crevette

avatar

Nombre de messages : 2000
Age : 39
Ville : Noisy le Sec
Date d'inscription : 01/10/2007

MessageSujet: Re: Les moustachus, le curry, les montagnes et moi !   Ven 24 Juil 2009, 14:35

Coucou Annita ! Wink

Les tokens ce sont en fait des jetons magnetiques que tu passes devant le tourniquet a l'entree du metro.
Revenir en haut Aller en bas
annitabanana

avatar

Nombre de messages : 1208
Age : 36
Ville : Marseille
Date d'inscription : 07/02/2008

MessageSujet: Re: Les moustachus, le curry, les montagnes et moi !   Ven 24 Juil 2009, 14:53

Youpi, un post sur l'Inde en plus, et une réponse sur les tokens, merci Crevette !
Figure-toi que malgré plusieurs passages à BKK je n'y ai jamais pris le métro, du coup je me demandais ce que ces tokens venaient faire ici...
La suite, la suite !

Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
http://annitabanana.canalblog.com/
mamina

avatar

Nombre de messages : 1425
Age : 70
Ville : à côté de chez Pascalouloute
Date d'inscription : 19/01/2009

MessageSujet: Re: Les moustachus, le curry, les montagnes et moi !   Ven 24 Juil 2009, 20:31

Je ne pouvais pas laisser échapper tes premiers épisodes.... Je viens de prendre un grand plaisir à lire le récit de tes premiers pas en Inde.... belles rencontres aussi !
Vite la suite !
Revenir en haut Aller en bas
lubec

avatar

Nombre de messages : 784
Age : 53
Ville : audenge sud ouest
Date d'inscription : 26/10/2008

MessageSujet: Re: Les moustachus, le curry, les montagnes et moi !   Sam 25 Juil 2009, 04:03

beaucoup de plaisir à lire ton passage à Delhi.
et toujours ce petit brin d'humour
reviens vite poster la suite :coeur1:
Revenir en haut Aller en bas
crevette

avatar

Nombre de messages : 2000
Age : 39
Ville : Noisy le Sec
Date d'inscription : 01/10/2007

MessageSujet: Re: Les moustachus, le curry, les montagnes et moi !   Sam 25 Juil 2009, 05:46

Je pars pour la Bretagne... un petit weekend prolonge pour me remettre des emotions de ces 25 derniers jours...

Mais la suite arrive la semaine prochaine Wink
Revenir en haut Aller en bas
Parvat
Photographe de l'année 2009
Photographe de l'année 2009
avatar

Nombre de messages : 820
Age : 52
Ville : Plat pays...
Date d'inscription : 31/03/2007

MessageSujet: Re: Les moustachus, le curry, les montagnes et moi !   Sam 25 Juil 2009, 10:10

Me suis régalée Crevette!!!
J'adore!!! C'est vachement chouette aussi de te lire car c'est ton premier voyage, et la vision des choses est bien différente, je suis bien impatiente de lire la suite...
Déjà tu t'es sentie à l'aise, c'est génial, le cheich qui look good, j'espère qu'on aura droit à une photo! Very Happy
Mille mercis!!!
Revenir en haut Aller en bas
cecile974
Modératrice
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 5074
Age : 49
Ville : Courtisols, joyau de la Champagne pouilleuse...
Date d'inscription : 26/08/2007

MessageSujet: Re: Les moustachus, le curry, les montagnes et moi !   Dim 26 Juil 2009, 21:54

Bon... t'es en train de faire un carnet sur la Bretagne ou quoi ??! :mortdr:

C'est vrai que le week-end n'est pas tout à fait fini... Alors j'attends sagement lundi matin pour râler sérieusement !
Merci Crevette de partager avec nous ton voyage indien... sunny

-------------------------------------------------------------------------------
"Il n'y a pas de honte à préférer le bonheur"

http://www.taiderpourlase.com
Revenir en haut Aller en bas
http://cecileetsestroisbambinsenvoyage.over-blog.com
alain michelena

avatar

Nombre de messages : 489
Age : 64
Ville : Bassin d'Arcachon
Date d'inscription : 14/12/2007

MessageSujet: Re: Les moustachus, le curry, les montagnes et moi !   Dim 26 Juil 2009, 23:21

Dommage, pas de neige en Bretagne ce week end, il ne nous reste plus qu'a attendre.................................
Revenir en haut Aller en bas
http://saint-hubert.forumactif.com/
n'Aline

avatar

Nombre de messages : 2113
Age : 34
Ville : Lyon
Date d'inscription : 12/03/2007

MessageSujet: Re: Les moustachus, le curry, les montagnes et moi !   Lun 27 Juil 2009, 07:43

génial, merci crevette pour ces récits !!!
Revenir en haut Aller en bas
crevette

avatar

Nombre de messages : 2000
Age : 39
Ville : Noisy le Sec
Date d'inscription : 01/10/2007

MessageSujet: Re: Les moustachus, le curry, les montagnes et moi !   Mar 28 Juil 2009, 11:18

8h30, je quitte Shailaja et sa famille et pars pour Agra. Je devrais finalement prendre un taxi puisque aucun autorickshaw ne semble pret a braver les embouteillages gigantesques de Delhi pour m'emmener jusqu'a la gare.

La gare est bondee, les quais noirs de monde, j'essaie de faire attention aux annonces car la moitie des trains est annoncee en retard.
Une fois de plus j'ai de la chance, le mien n'accuse que 20 minutes de retard.
Si jusque la tout va bien, trouver l'emplacement du wagon se revele un peu plus complique. Les indications sur le quai ne correspondent a rien...
Je vais deranger un groupe d'anglo-saxons qui, vue l'etat de leurs pieds sont me semble-t-il ici depuis un bout de temps et probablement plus aguerris aux trains indiens que moi.
Rien a en tirer helas... completement stones... je trace la route !

Finalement, je vois que les numeros des wagons sont tres lisiblement inscrits a l'exterieur des trains, compte tenu du temps passe en gare, j'aurais largement le temps de reperer le mien.
Un espagnol arrive et me demande si c'est le bon train pour Agra. On s'apercoit qu'on voyage cote a cote, on en profite pour discuter un peu.
Asier, basque, 32 balais, est arrive en Inde le meme jour que moi, reste ici pendant 3 mois, n'a pas vraiment d'idee precise de son programme. Bon etat d'esprit.
En arrivant dans le train, nous rencontrons Renee et Thomas, une petite vingtaine d'annees, originaires d'Utrecht, aux Pays-Bas, ici pour 7 semaines.
Entre nous, le courant passe plutot bien et les 4 heures de train vont passer tres vite.
La vie dans le train est fascinante... les indiens sont capables d'emmener leur baraque quand ils voyagent c'est impressionnant ! On voit passer de tout, des valises, des malles, des meubles...
Et tous ces vendeurs... on l'entend encore ce petit bonhomme qui criait "domadosouf ". Il nous faudra la traduction d'une jeune indienne pour comprendre qu'il vendait en fait de la soupe de tomate !! Tomato soup, evidemment !
Sans compter un passage aux toilettes... je vais enfin comprendre pourquoi les voies ferrees sont jonchees d'etrons... Frisson garanti, mais un voyage en train en Inde ne serait pas complet sans la visite des toilettes !

Nous decidons de nous partager un taxi tous les 4 a l'arrivee a Agra, aucun de nous n'ayant d'idee precise de l'endroit ou il logera.
Direction le TajGanj, un quartier pres... du Taj ! Etonnant, non ?!



Je monte a l'avant du taxi, le chauffeur me fait l'inventaire de ses nombreuses qualites... Il est pret a nous emmener dans plein d'endroits, me tend un plan pour qu'on comprenne bien qu'il n'est pas possible de se passer de ses services.
Je decline, il insiste et pour finir de me convaincre me tend son petit livre d'or.
Je lis les commentaires en francais et j'eclate de rire :
- Tu ne comprends pas vraiment tous les commentaires qui sont faits a propos de toi, n'est ce pas ?....
- Yes of courrrrrrrrse !
- Et bien, moi, je parie que non sinon, tu ne me les laisserais pas lire !
Eclats de rire general des 3 autres a l'arriere du taxi ! Pour faire court, disons que tout le monde s'accorde a dire qu'il est tres gentil mais qu'il a la facheuse manie d'emmener tous ses clients dans tous les endroits ou il touche une commission et que ca empiete largement sur les visites !

Il nous emmene dans un premier hotel qui ne nous convient pas, on avait pourtant ete plutot precis sur ce qu'on cherchait. Ok, ca suffit, je sors le LP, et lui donne la 1ere adresse que je trouve dans le bon quartier, on fera le reste a pieds.
Nous allons visiter 3 GH dont aucune ne nous emballe vraiment, j'avais entendu parle du Sheela pres de la porte Est du Taj, nous allons voir. C'est super chouette, mais ils en veulent un peu cher. Asier nous negocie tout ca pour une bouchee de pain, nous y etablirons donc nos quartiers tous ensemble !
Demain, le Taj est ferme, on se precipite donc pour jeter un oeil aux horaires de fermeture.

Meme pas besoin d'attendre car le prix d'entree exorbitant inclus une paire de couvre chaussures, ce qui nous permet de pouvoir le visiter sous un soleil de plomb sans risquer de nous bruler les pieds sur le marbre.
Nous foncons !



Deja quelques coupoles se dessinent depuis l'exterieur. J'avance presque timidement, Asier aussi. On se dit que lui comme moi, on a un peu de mal a y croire. Le Taj, c'est quand meme un symbole de reve absolu...
La porte d'acces est la, juste devant moi, des centaines de touristes se pressent, ca grouille, c'est bruyant, et pourtant, c'est magique !



Derriere cette arche, je le vois, eblouissant. Il doit etre a peu pres 16h, le soleil cogne ce qui ne le rend que plus impressionnant. Tout ce marbre sous tant de lumiere...
Aucun detail ne doit m'echapper !



Quel travail titanesque, pas etonnant que des milliers d'hommes y aient laisse leur peau.
C'est idiot mais a ce moment la, c'est a eux que je pense. Le mausolee est a la hauteur de toutes les souffrances endurees ! C'est horrible de dire un truc pareil... mais je n'arrive pas a penser a autre chose qu'a tous ces hommes morts d'avoir construit cette splendeur !
Ce mausolee est bien lui aussi a l'image de ce pays... un melange d'horreurs et de sublime !

Leo, je pense a lui aussi... Il y a bientot 10 ans, j'etais en formation pour un boulot de commerciale. Un des exercices : parler d'un endroit qui nous tient a coeur. Leo est tamoul, sa visite du Taj, c'etait un peu l'evenement d'une vie. Il en parlait tellement bien, bien mieux que tout ce que je pourrais en dire.
J'en ai pleure sur le moment. Et aujourd'hui 10 ans apres, face a ce qui l'avait tant bouleverse, je ne l'ai pas oublie !



Nous sommes bien sur particulierement sollicites pour les photos. Incomprehensible pour moi... Ils ont probablement un des monuments les plus remarquables de la planete sous les yeux, mais meme le Taj ne fait pas le poids face a 4 peaux blanches !
Je refuse systematiquement, fermement, poliment. A ceux qui ne demandent meme pas la permission, je tourne le dos au dernier moment, je fais des grimaces, mon imagination est debordante mais rien ne semble les decourager.

Je me pose dans un petit coin tranquille, pour attendre le coucher du soleil. Asier, Thomas et Renee finissent par me rejoindre, excedes eux aussi par ces sollicitations. Je leur raconte mon aventure au Red Fort de Delhi.
Thomas trouve ca drole :
- Mais Crevette, 50 roupies, personne ne te les donnera, tu es trop chere ! Si tu veux nous payer une biere, il va falloir baisser tes tarifs !
- T'as raison !!

Je decide alors d'arracher une page vierge de mon LP, je prends mon stylo, plie la feuille et note "2 roupies = 1 photo", je pose le panneau a mes pieds, sous les yeux meduses des 3 loulous qui m'accompagnent.
Les premiers passants indiens sont plutot etonnes, d'autres me regardent l'air meprisant (j'ai l'impression de pouvoir lire "mais qu'est ce que c'est que cette blanche qui fait la manche")... Une chose est sure, on me laisse enfin tranquille, plus d'appareils photos en embuscade !
Puis 1/4 d'heure plus tard arrive un groupe de jeunes indiens "ok, je te donne 10 roupies, mais j'en veux 5 !", je rigole "ok, je t'offre la 6eme !".
Dans l'intervalle, les loulous m'ont rejoint et le moment tourne au comique, on en vient a faire des photos en posant a 7 ou 8, en s'echangeant chapeaux, lunettes et divers accessoires.
Tout le monde apprecie ce moment surrealiste, ca fait du bien des indiens qui ont le sens de l'humour, et pas uniquement la bosse du commerce !

Le soleil se couche, mais les nuages nous gachent un peu le spectacle, la lumiere n'est pas celle que nous esperions... Tant pis, nous aurons malgre tout profite comme il se doit, 3 heures a admirer, a penser, a rire.
Pendant qu'Asier et moi allons faire un tour au cyber du coin, Thomas et Renee ont sympathise avec la boutique voisine et ont convaincu le vendeur de nous trouver une petite mousse.
Sont trop forts ces hollandais !!
Sauf qu'evidemment, tout ca n'est pas totalement denue d'interet... Le vendeur en question va commencer par brancher Renee et lorsqu'il comprend que Thomas est son petit ami... devinez sur qui il va tenter de jeter son devolu ?...
Bibi ! Asier ayant pris soin de preciser que nous etions amis plus tot dans la conversation. Ca m'amuse un quart d'heure, mais les meilleures blagues etant les plus courtes, je lui promets de reflechir a sa proposition et leur fausse compagnie... "La nuit porte conseil, c'est pourquoi je vais aller dormir tout de suite ".

Asier et moi nous etions mis d'accord pour aller ensemble a Fatehpur Sikri, Thomas et Renee seront de la partie, rdv fixe a 8h30 le lendemain matin.
Revenir en haut Aller en bas
mamina

avatar

Nombre de messages : 1425
Age : 70
Ville : à côté de chez Pascalouloute
Date d'inscription : 19/01/2009

MessageSujet: Re: Les moustachus, le curry, les montagnes et moi !   Mar 28 Juil 2009, 12:18

Emouvante cette visite du Taj'...
Toujours sur tes pas...
Revenir en haut Aller en bas
annitabanana

avatar

Nombre de messages : 1208
Age : 36
Ville : Marseille
Date d'inscription : 07/02/2008

MessageSujet: Re: Les moustachus, le curry, les montagnes et moi !   Mar 28 Juil 2009, 12:22

... and looking forward to reading your next step ;-)
Revenir en haut Aller en bas
http://annitabanana.canalblog.com/
crevette

avatar

Nombre de messages : 2000
Age : 39
Ville : Noisy le Sec
Date d'inscription : 01/10/2007

MessageSujet: Re: Les moustachus, le curry, les montagnes et moi !   Mar 28 Juil 2009, 15:10

Nous nous retrouvons tous apres le petit dej', on se dit qu'on va filer a la gare routiere et de la en fonction des tarifs, soit prendre le bus, soit se prendre un taxi a 4.
A la sortie du Sheela, c'est moi qui m'y colle, je vais negocier 2 rickshaws pour la station de bus. Je tire les prix, 60 roupies pour les 2, c'est parti.
Notre rickshaws nous dit que son frere possede un autorickshaw et qu'il peut nous emmener jusqu'a Fatehpur Sikri.
Je suis sceptique... j'avais lu dans le LP qu'aucun autorickshaw n'etait autorise a s'y rendre depuis Agra. Notre chauffeur m'assure que c'est possible, en route !
J'avais oublie qu'en Inde "evrrrrrrrytingue iz possibeule !" surtout si on file un bakchich aux flics sur la route !

L'arrivee a Fatehpur Sikri, c'est l'enfer, tout un tas de pseudo guides tous plus competents les uns que les autres evidemment, qui prennent d'assaut notre autorickshaw, on refuse poliment...
Jusqu'au 5eme qui lui va litteralement me faire peter un cable ! Cela fait deja 5 bonnes minutes qu'il essaie de nous vendre ses services, sans qu'on reussisse a le faire descendre de l'autorickshaw.
Je n'en peux plus :
- Ecoute...
- Non, madame, ecoute moi...
Je hausse le ton :
- NON ! Ca fait 5 minutes que je t'coute, alors maintenant c'est toi qui ecoutes ! ON NE VEUT PAS DE GUIDE, faut te le dire comment ? Tu descends, et tu descends maintenant ! Et d'ailleurs toi (et la je m'adresse au chauffeur qui va aussi en prendre pour son grade), si tu en laisses encore monter un seul, on ne te paye pas la course, est-ce que je suis claire la ?!!!!
Pas tres diplomate, mais ca a le merite d'etre efficace, et d'effrayer mes 3 compagnons qui n'auront de cesse me demander si je vais bien. On se met d'accord sur notre point de rendez-vous pour le retour et nous partons.

Encore une fois, on se fait assaillir de tous les cotes, tout est pretexte... le cheich aussi ! "You look good, have a look, scarf, jewellery..." Les boulets...
Ils insistent tellement qu'ils finissent eux aussi par s'embrouiller, j'entends encore ce vendeur "2 for 10 rupees" qui finit a force de repetition par se transformer en "10 for 2 rupees".



La visite demarre par la mosquee, impressionnante. 2 minutes a peine apres etre entree, un moustachu qui debarque et qui me fait la visite.
"Ecoute mon ami, j'ai pas l'intention de te donner de l'argent
- Pas de probleme madame, je ne suis pas guide, je suis etudiant, ca me fait pratiquer mon anglais et puis comme ca, tu comprends ce que tu vois."
Je n'y crois pas 30 secondes mais je suis un peu lasse de batailler... je le laisse me suivre, et profite de ses explications.



Entre deux... "Tu es mariee madame ?
- Oui, le grand basque la, c'est mon mari.
- Mais il est espagnol et toi tu es francaise !
- Oui, oui, je suis partie le rejoindre en Espagne."

Bref, je lui raconte n'importe quoi, et tout d'un coup il se met a me parler francais, puis espagnol... Il me teste, heureusement pour moi son niveau d'espagnol est equivalent au mien, c'est-a-dire quasi nul, je ne serai pas demasquee !
Asier me rejoint, j'en profite pour lui apprendre que nous sommes maries depuis 5 minutes. Il se marre, me dit qu'il est d'accord pour jouer le jeu. Ouf...

Fin de la visite, mon soi-disant etudiant m'amene sur le stand d'un de ses cousins qui vend des "jolies choses que je peux seulement regarder". Je n'y accorde aucune attention, mon etudiant fait la tronche et me laisse apres avoir repere de probables futures proies !



Enfin, nous arrivons dans l'enceinte de la vieille ville apres nous etre acquittes du droit d'entree... Ca commence a me couter cher toutes ces vieilles pierres ! Mais que ne ferait-on pas pour admirer cette architecture...
C'est beau a n'en plus finir, et c'est calme... un vrai luxe dans le coin ! Nous y flanons une demie journee, chacun d'entre nous a son rythme.



Puis nous regagnons Agra. Notre chauffeur ne pourra pas s'empecher de nous arreter dans une boutique. Il a le merite d'etre honnete "Vous n'etes pas obliges d'acheter mais moi je touche des bons si je ramene des clients, faites juste un petit tour ".
Asier et moi sortons au bout de 5 minutes de la boutique.
" Vous auriez pu rester plus longtemps
- Eh ho, c'etait pas dans le deal de depart ca !"
Thomas et Renee sortent a leur tour, nous rentrons.

Petit arret au Taj Nature Walk pour Thomas, Renee et moi. Ce jardin doit surement etre sublime en hiver, mais l'ete sous 50degres, ca s'apparente plus au desert du Sahel... En revanche la vue sur le Taj est jolie



Je laisse les amoureux un peu tranquille, j'ai moi-meme besoin d'etre un peu toute seule, ca commence a me manquer.
Mes les deux ados qui me suivent vont vite me couper toute envie de flanerie.
J'assiste a des scenes qui me font sourire... cette promenade c'est un peu le rendez-vous des petits couples... ca se becote et ca se tripote, qui a dit que les indiens etaient frustres ?!

Mes petits hollandais repartent demain matin a l'aube pour Jaipur, Asier le soir pour Benares, nous decidons de nous faire un restaurant sur les toits face au Taj pour diner avant de nous dire au revoir.
Le Taj n'est pas eclaire mais on le devine dans le noir, et meme comme ca c'est magique !

Ce dernier repas est deja plein de nostalgie ! On se rememore ces dernieres 48 heures passees ensemble, ce qui nous a fait raler qui nous fait finalement bien rire !
Nous rentrons tous les 4, une derniere bise a Renee et Thomas, Asier et moi profiterons encore de la journee de demain pour nous balader au Fort rouge.


Les loulous, a l'heure qu'il est vous devez etre entre Goa et le Kerala, j'ai vraiment passe 2 jours tres chouettes en votre compagnie ! Rendez-vous a Utrecht ou a Paris Wink


Dernière édition par crevette le Mar 28 Juil 2009, 15:25, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Niclaude

avatar

Nombre de messages : 1469
Age : 68
Ville : Côte d'Azur.... dans les mimosas
Date d'inscription : 05/01/2008

MessageSujet: Re: Les moustachus, le curry, les montagnes et moi !   Mar 28 Juil 2009, 15:13

Belles visites, j'ai beaucoup de plaisir à refaire ce voyage avec tes yeux. Notre approche est parfois tellement différentes...
Marrant le coup des photos... l'avantage d'avoir les cheveux blancs : nous avons été sollicitées par des familles et pour nous ça n'a été qu'un juste retour des choses ; il y a tant de visages indiens que j'ai photographiés que nous devions bien nous prêter au jeu ! très simplement avec amusement même, pourtant poser devant un objectif n'est pas ce que je préfère No

la suite... Bénarès ? j'ai cru comprendre que l'enthousiasme n'a pas été semblable au mien ?
Revenir en haut Aller en bas
http://lasiedenosvoyages.fr
crevette

avatar

Nombre de messages : 2000
Age : 39
Ville : Noisy le Sec
Date d'inscription : 01/10/2007

MessageSujet: Re: Les moustachus, le curry, les montagnes et moi !   Mar 28 Juil 2009, 15:15

La suite c'est le Ladakh, Benares n'arrive qu'a la fin... et effectivement, je n'ai pas ete tres sensible a cette ville, mais j'aurais l'occasion de developper tout ca ! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Niclaude

avatar

Nombre de messages : 1469
Age : 68
Ville : Côte d'Azur.... dans les mimosas
Date d'inscription : 05/01/2008

MessageSujet: Re: Les moustachus, le curry, les montagnes et moi !   Mar 28 Juil 2009, 15:46

La suite c'est le Ladakh

oui... je sais le Kadakh Very Happy.
Vous êtes tous sous le charme. Après le carnet de Pascale, Parvat et Séba qui nous en on parlé, les yeux illuminés, cet hiver à Bruxelles... et pourtant, ma seule façon de connaître cette région sera vos carnets. Alors... fais moi rêver sunny
Revenir en haut Aller en bas
http://lasiedenosvoyages.fr
Nath'

avatar

Nombre de messages : 1035
Age : 38
Ville : ici mais déjà ailleurs
Date d'inscription : 29/05/2007

MessageSujet: Re: Les moustachus, le curry, les montagnes et moi !   Mer 29 Juil 2009, 20:08

Ouh la la j'ai de la lecture en retard moi ! Je vais bien trouver le temps de lire ce récit d'ici ce w-e !
Revenir en haut Aller en bas
http://nathaliedebavelaere.unblog.fr/
Nath'

avatar

Nombre de messages : 1035
Age : 38
Ville : ici mais déjà ailleurs
Date d'inscription : 29/05/2007

MessageSujet: Re: Les moustachus, le curry, les montagnes et moi !   Jeu 30 Juil 2009, 18:28

Génial de te lire Crevette : ton récit me permet de découvrir un pays que je ne connais pas sous des angles tantôt drôles tantôt plein d'émotions !
Merci pour ce partage !
Revenir en haut Aller en bas
http://nathaliedebavelaere.unblog.fr/
lubec

avatar

Nombre de messages : 784
Age : 53
Ville : audenge sud ouest
Date d'inscription : 26/10/2008

MessageSujet: Re: Les moustachus, le curry, les montagnes et moi !   Jeu 30 Juil 2009, 19:54

eh bien les mots rabatteurs harcelants ne sont pas usurpés!
uniquement sur les lieux touristiques comme le taj mahal ou partout même dans les petits villages?
vivement ton récit sur le ladakh et encore merci pour ce retour
Revenir en haut Aller en bas
crevette

avatar

Nombre de messages : 2000
Age : 39
Ville : Noisy le Sec
Date d'inscription : 01/10/2007

MessageSujet: Re: Les moustachus, le curry, les montagnes et moi !   Ven 31 Juil 2009, 13:07

Parvat a écrit:

Deja tu t'es sentie a l'aise, c'est genial, le cheich qui look good, j'espere qu'on aura droit a une photo! Very Happy

Ma petite Parvat, une speciale pour toi ! Oui je sais, suis de dos, mais que veux-tu, suis une vraie sauvage de l'objectif ! Laughing


lubec a écrit:

eh bien les mots rabatteurs harcelants ne sont pas usurpes!
uniquement sur les lieux touristiques comme le taj mahal ou partout meme dans les petits villages?
vivement ton recit sur le ladakh et encore merci pour ce retour

Merci Lubec, pour tout dire, c'est difficile de faire des generalites, je n'ai pour ce voyage frequente que des lieux tres touristiques de l'Inde continentale (je mets volontairement le Ladakh a part... pour moi le Ladakh, ce n'est pas l'Inde !), connus et reconnus pour ce genre de "harcelement".
C'est vrai que c'est parfois lourd a supporter mais c'est comme tout, on s'y fait ! Et meme pire... de retour en France, j'ai presque envie de dire que ca me manque ! lol!

Le Ladakh arrive... patience ! Il faut aussi que je travaille un peu ce que j'ai envie de vous raconter... difficile parfois de transcrire des emotions lorsqu'elles vous prennent a ce point aux tripes et au coeur...


Dernière édition par crevette le Ven 31 Juil 2009, 13:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
crevette

avatar

Nombre de messages : 2000
Age : 39
Ville : Noisy le Sec
Date d'inscription : 01/10/2007

MessageSujet: Re: Les moustachus, le curry, les montagnes et moi !   Ven 31 Juil 2009, 13:29

Le lendemain matin le reveil est difficile, je dois dormir entre 4 et 5 heures par nuit avec cette chaleur depuis mon arrivee, et mes coups de soleil m'ont bien fait souffrir la nuit derniere, je crois que mon corps me fait savoir qu'il serait temps de me reposer un peu...
Je ne l'ecoute absolument pas, et rejoins Asier pour la visite du Fort d'Agra.



On se fait quelques photos ensemble qu'il m'enverra par mail, apres tout etre maries pendant 48h, ca compte il fallait bien immortaliser tout ca ! Very Happy
Une fois de plus, une partie des batiments n'est pas visible, c'est frustrant. Mais j'ai malgre tout une nette preference pour celui-ci plutot que pour celui de Delhi.



La journee nous apparait a Asier et a moi comme la plus chaude jusqu'a aujourd'hui.
A la sortie du Fort, nous decidons d'aller faire un tour au marche, mais la chaleur a raison de moi, je capitule.
Asier prefere me raccompagner, nous nous perdons dans le Taj Ganj, qui se revele finalement etre un grand quartier.
Apres dejeuner, Asier reprend son sac et la route. Bon vent l'ami !



Pour ma part, je sieste, 17h au reveil, il est temps que j'aille regler mon probleme de retour sur Delhi. En achetant mes billets de train, je me suis bien sur trompee de date... un eternel probleme en vacances la notion du temps !
Un panneau qui dit vendre des prestations de voyage. Je rentre... chez un vendeur de souvenirs, mais qui vend aussi des billets de bus, de train, d'avion.
Je suis un peu sceptique mais ma foi, c'est ma seule porte de sortie vers Delhi, alors, je lui fais confiance. Je cherche un bus pour Delhi demain.
"Ah non, madame, le bus ce n'est pas bien pour vous, c'est long et vous voyagerez mal, il vaut mieux que vous preniez le train !"
J'avais envie de me faire un trajet en bus, mais l'essentiel etant de rejoindre la capitale en temps et en heure, peu importe ce qu'il me choisira ! Il encaisse le billet et sa com' et me donne rendez-vous a 20h30 pour prendre mon billet.
Il ne me reste qu'a croiser les doigts...
Je file au cyber d'a cote histoire de donner des nouvelles, il est tenu par le fils de "mon agent de voyage".
Il me fait la causette, il a 15 ans, etudie les langues etrangeres, et est heureux de pouvoir parler un peu anglais.
C'est un amour, on parle de tout, de rien.
C'est le 1er qui va me demander combien je gagne. Je lui reponds le plus honnetement, mais prends soin de preciser tout de suite apres ce que me coutent mon loyer, les transports, une semaine de courses...

Mes mails n'avancent pas beaucoup, il s'excuse de me deranger et me dit qu'il me fera une reduc' pour m'avoir derange. J'ai beau lui dire qu'il ne me derange pas, que ca fait du bien de discuter un peu, il s'eclipse et ne me reclamera qu'une modeste participation pour internet.

Le soir venu, mon billet de train est la, le the aussi, je discute avec le vendeur... Il me refait l'histoire du Taj... le Taj, ce n'est pas un monument moghole, c'est hindou !
Si, si...
C'est a la gloire de Shiva, ca se voit, non ?! J'acquiesce. Apres tout, et si c'etait lui qui avait raison Wink

Je regagne mes quartiers, prepare mon sac et suis prete a partir le lendemain a 5h. Le hic, au moment de sortir, je m'apercois que les grilles de la GH sont verrouillees. J'observe, prete a balancer mon sac et grimper par-dessus. Impossible c'est trop haut, il me faut reveiller la reception.
6h, je suis dans le train en route pour rejoindre Delhi et mes compagnons de route fraichement arrives de Paris la veille.
10h15, Paharganj, le coin des routards... Mon dieu, quelle horreur... je realise tout d'un coup la chance d'avoir eu Shailaja et ses parents a l'arrivee. Je crois qu'etre seule ici 2 jours en arrivant aurait suffit a me refaire prendre l'avion dans l'autre sens illico presto ! J'ai l'impression d'etre au zoo, je cherche les cacahuetes en vain...



Je rejoins les kikis, la reception me demande mon passeport pour les formalites et me demande de passer le recuperer le soir.
Il n'en est pas question, je garde mon passeport avec moi, mais le receptionniste a l'air prendre ca pour lui, il se vexe et fait la tronche mais finit par me rendre mon passeport apres en avoir fait une photocopie. Je pense que cette entree en matiere va surement expliquer ce qui va passer par la suite !

Les kikis partent se balader dans Delhi pendant que je vais essayer de me reposer un peu dans la cage a lapin crado qui nous sert de chambre. Une apres midi et un thali plus tard, nous decidons de ne pas trainer, il nous faut arriver a l'aeroport a 3h30 du matin pour avoir notre vol pour le Ladakh.

Je demande a la reception un taxi a 3h, il va falloir nous y reprendre a 3 fois. Puis a 2h30, coup de fil dans la chambre
- Your taxi is ready madam'
- Oui, oui, mais on a dit 3h, on arrive dans 30 minutes.
Le type va me rappeler 5 fois, et vous je ne sais pas, mais moi 3h du mat' c'est pas l'horaire auquel je suis la mieux disposee !
On arrive en bas a 3h02 a sa pendule, et le type me passe un savon ! On est en retard... Non mais je reve...
Je lui reponds sur le meme ton ! On est en Inde, 2 minutes de retard, c'est presque de l'avance. Et s'il n'avait pas insiste comme un cretin au telephone, je serai peut etre a l'heure.
Ambiance...

Aeroport domestique, les bagages sont enregistres, je ne le sais pas encore mais je m'apprete a m'envoler pour le paradis. Les 15 prochains jours seront riches en emotion et vont probablement me marquer a vie...
Deja les cimes enneigees se dessinent du haut de l'avion, c'est magique... je suis scotchee au hublot, impossible de decoller mon nez...
Ladakh, nous voila !




Revenir en haut Aller en bas
cecile974
Modératrice
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 5074
Age : 49
Ville : Courtisols, joyau de la Champagne pouilleuse...
Date d'inscription : 26/08/2007

MessageSujet: Re: Les moustachus, le curry, les montagnes et moi !   Ven 31 Juil 2009, 16:08

Un plaisir de te lire, Crevette. sunny
Allez, c'est à mon tour maintenant : 15 jours de voyage breton, et si t'es bien sage, t'auras un carnet à mon retour... clown

-------------------------------------------------------------------------------
"Il n'y a pas de honte à préférer le bonheur"

http://www.taiderpourlase.com
Revenir en haut Aller en bas
http://cecileetsestroisbambinsenvoyage.over-blog.com
crevette

avatar

Nombre de messages : 2000
Age : 39
Ville : Noisy le Sec
Date d'inscription : 01/10/2007

MessageSujet: Re: Les moustachus, le curry, les montagnes et moi !   Ven 31 Juil 2009, 16:23

cecile974 a écrit:

Allez, c'est a mon tour maintenant : 15 jours de voyage breton, et si t'es bien sage, t'auras un carnet a mon retour... clown

J'y compte bien, que ce ne soit pas toujours les memes qui bossent !!! geek geek
Revenir en haut Aller en bas
lubec

avatar

Nombre de messages : 784
Age : 53
Ville : audenge sud ouest
Date d'inscription : 26/10/2008

MessageSujet: Re: Les moustachus, le curry, les montagnes et moi !   Ven 31 Juil 2009, 18:54

crevette pour le carnet de cécile en bretagne il te suffit de regarder le bulletin météo du soir :mortdr:
que d'eau !!que d'eau !!que d'eau!!
non je plaisante cécile parfois il pleut aussi
Revenir en haut Aller en bas
lubec

avatar

Nombre de messages : 784
Age : 53
Ville : audenge sud ouest
Date d'inscription : 26/10/2008

MessageSujet: Re: Les moustachus, le curry, les montagnes et moi !   Ven 31 Juil 2009, 18:55

merci crevette pour les photos des cimes enneigées de l'avion :guysk:
Revenir en haut Aller en bas
Nath'

avatar

Nombre de messages : 1035
Age : 38
Ville : ici mais déjà ailleurs
Date d'inscription : 29/05/2007

MessageSujet: Re: Les moustachus, le curry, les montagnes et moi !   Ven 31 Juil 2009, 20:16

La suite, la suite !!! Dire que je risque de ne pas connaître la fin avant mon départ !!! Sad
Revenir en haut Aller en bas
http://nathaliedebavelaere.unblog.fr/
crevette

avatar

Nombre de messages : 2000
Age : 39
Ville : Noisy le Sec
Date d'inscription : 01/10/2007

MessageSujet: Re: Les moustachus, le curry, les montagnes et moi !   Ven 31 Juil 2009, 21:15

Je suis heureuse d'etre enfin sur le tarmac, l'arrivee en zigzag au travers des montagnes, c'est du sport, on a presque l'impression que les sommets des montagnes pourraient toucher le train d'atterrissage.
Il n'est pas 8h lorsque les portes de l'avion s'ouvrent, la simple annonce de la temperature par le commandant de bord me donne le sourire !
17 degres, j'en revais...
On papote sur le tarmac et je m'apercois vite que le souffle est court. 3500m en 70 minutes, il va falloir laisser un peu de temps a l'organisme pour s'y faire.
L'aeroport est aux couleurs tibetaines, les yeux sont brides, les sourires accroches aux visages, les peaux brunies par le soleil... Je me sens bien.

Tres vite nous sautons dans un taxi direction Changspa, en retrait du centre de Leh, nous voulions etre un peu a l'ecart du brouhaha et des Royal Enfield petaradantes !
Nous avions comme point de repere la GH dans laquelle avait loge Pascalou l'an dernier. A notre arrivee, on nous annonce que c'est complet, nous reprenons les sacs.
A quelques metres un panneau de fortune "Lamagon Guesthouse", plante au dessus d'une grille. Nous ouvrons...
Le bonheur, une maison traditionnelle ladakhie, au milieu d'un potager.
Pas de client a l'horizon, le petit fils de la famille nous fait visiter les chambres, nous nous mettons d'accord sur le prix (derisoire...) et prenons nos quartiers.



Les chambres sont immenses et nous avons le privilege d'etre dans les angles de la maison, ce qui nous garantie une vue splendide sur les montagnes alentours de tous cotes.
Une petite terrasse pour le moment inusitee nous tend les bras, nous y prendrons le the, offert par la fille de la maison.
Elle s'enquiert de savoir si nous venons de Delhi en avion, et nous recommande de dormir et de ne pas bouger de la journee pour nous habituer a l'altitude.
Ca tombe bien, c'est exactement le programme que je m'etais prevu ! Je suis litteralement sous le charme de cette maison, la vue est a couper le souffle, pas de doute, je vais me sentir bien ici !



Une sieste, un repas, une autre sieste, nous nous retrouvons tous les 4 en fin de journee, et decidons d'aller diner dans le centre ville.
Nos reactions a l'altitude sont assez differentes, C. n'a pour l'instant aucun probleme, V. a de serieux maux de tete, S. aussi et des sensations de vertige. Quant a moi, je me sens... cotonneuse ! Difficile de mettre des mots sur cette sensation, inconnue jusqu'alors.
J'ai l'impression de flotter, de marcher sur du coton, parfois comme des pertes d'equilibre. C'est assez etrange !
Un repas me fait le plus grand bien, les symptomes disparaissent, je vais enfin pouvoir faire une vraie nuit, au frais, et m'endormir en regardant les etoiles.

Le lendemain, S. et moi prenons le petit dejeuner en compagnie du grand pere de la maison. Il parle un peu anglais, suffisamment en tout cas pour que nous discutions un petit peu.
Il est ladakhi, cette maison, c'est celle qui l'a vu naitre, c'est son heritage comme il dit.
Sa fille habite ici avec eux, il y a 3 petits-enfants, la plus jeune est enceinte, le 2eme travaille a 100km de Leh (c'est celui qui nous a recu) et le dernier travaille sur Delhi.
Il y a aussi une petite grand-mere ici, sa soeur, une nonne, sa salle de priere donne sur la petite terrasse au 1er etage.


Photo rarissime... mon petit papy est comme moi, il n'aime pas les objectifs... Wink

Il nous parle du developpement du tourisme qui a induit une flambee des prix au Ladakh. Le prix de l'eau et de l'electricite a double en un an.
Je lui demande depuis combien de temps ils tiennent cette GH, l'an dernier semble-t-il.

La matinee est deja bien avancee, il nous faut nous bouger pour aller organiser les differentes excursions que nous nous sommes prevues.
On laisse du linge en cours de route chez Latif, il vend des bijoux, V. a sympathise avec lui hier apres-midi. Il propose un service de laverie pour rendre service a un ami a lui, Rashid. Ca lui donne un petit revenu supplementaire. Solidarite musulmane, j'aime bien !

Les agences de voyages et de trekking sur Leh, ca ne manque pas, on a meme que l'embarras du choix ! J'avais une adresse mais nous ne la trouvons pas.
On ouvre le LP, quelques noms recommandables, nous choisissons la plus proche du lieu ou nous sommes.
J'explique ce que nous souhaitons faire, un petit papier a l'appui, histoire qu'on soit bien d'accord sur les destinations et les durees.

Verdict : 60 euros par personne pour l'ensemble. Ceci n'inclut que les transports et les permis pour voyager au travers du Ladakh. La convoitise chinoise fait rage, les deplacements sont donc particulierement surveilles, voire totalement interdits a l'approche de la frontiere.
Il nous faudra rajouter les repas, et trouver ou loger sur place. J'interroge mes compagnons de route, nous attendions une facture nettement plus salee... c'est vendu !

Nous remplissons les differents papiers necessaires a l'obtention des permis, buvons un the, et echangeons avec le petit bonhomme qui nous a etabli le devis.
Il me semble un peu plus jeune que mon pere, il a les yeux rieurs... un visage qui m'inspire, qui sent bon la gentillesse.
Nous discutons un peu avec lui. Je commence par lui demander son nom
- Mon prenom est complique, mais tu peux m'appeler Tashi
- Tashi ?! Comme Tashi Delek ?!!!
- Ah ma fille... Tu connais mon pays alors ?...
On parle un peu d'environnement, les changements climatiques l'inquietent, il faut dire qu'ici, ils se les prennent en pleine tete et que les consequences bouleversent leur mode de vie tout au long de l'annee.
On parle un peu du Tibet. V. est curieuse de savoir si le tourisme est possible, si lui a deja eu l'occasion d'y retourner.
La reponse ne se fait pas attendre :
"Bien sur, vous pouvez aller au Tibet, mais vous serez controles, vous ne pourrez pas faire ce que vous voulez ni aller ou vous voulez. Quant a moi, si je voulais retourner dans mon pays, je devrais y aller en tant que Chinois, c'est hors de question !"

Tout est regle, on ne veut pas les deranger plus longtemps, nous allons nous promener dans la vieille ville. C'est joli a souhait, bien moins touristique que les arteres principales.



Je vais avoir l'occasion d'aller aiguiser mes talents d'acheteuse... J'ai envie de m'offrir un moulin a prieres.
Le vendeur qui m'accueille me fait l'article, et enfin me donne son prix. J'eclate de rire :
- Mon ami, tu es serieux la ?!
- Oui madame, je te donne mon meilleur prix, c'est quoi ton meilleur prix a toi ?
- Le prix que tu me donnes, c'est le prix auquel je le paierai a Paris ! Moi je t'en donne 60 pourcent de moins !
- Non, madame, tu plaisantes, c'est quoi ton prix ?
- Je viens de te le dire mon ami.
Tariq son frere fait son entree... Ils discutent tous les deux. Tariq me regarde "C'est bon, je te le vends au prix que tu en veux" . Je crois qu'en fait, ils esperaient tous les deux faire du chiffre en delestant un peu nos 4 porte-monnaies, ce qui explique probablement qu'ils se soient decides si vite. Je serai la seule a depenser chez eux (en tout cas pour aujourd'hui )

S. n'en revient pas :
- Je ne pensais pas qu'ils te le laisseraient au prix que tu en demandais
Je m'esclaffe :
- Moi non plus !

Nous rentrons, V. ne sent toujours pas bien, elle a des maux de tete incessants, n'a pas ferme l'oeil de la nuit, n'a pas faim... Je lui dis que ca m'a tout l'air des symptomes du mal des montagnes.
Et pour couronner le tout, la tourista fait aussi son apparition, V. est ko.
Elle finit par prendre un Diamox et attend le lendemain matin pour pour decider ou non de venir au Lac Pangong.

Juste un petit point medical, mon toubib avait refuse de me prescrire du Diamox, pour lui il n'y avait qu'un seul remede au mal des montagnes : redescendre !
Et vu ce que ce medoc a declanche chez V., je crois qu'il avait bien raison ! Sensation de fourmillement intense dans les mains, les pieds et la tete ! Ca l'a inquietee plus que soignee...

En cette fin de journee, ma petite mamie cherche a regagner sa salle de priere, elle souffre, elle marche avec une canne, elle souffle...
Je l'entends depuis ma chambre, je vais la chercher dans les escaliers pour lui donner ma main afin de l'aider a monter. Elle me sourit, me parle, on ne se comprend pas , mais ce n'est pas grave, elle continue a me faire la causette.
Arrivee a bout de ses satanes escaliers, elle me fait signe de la suivre. Elle va en fait aller me chercher un cendrier... alors qu'il est normalement interdit de fumer dans l'enceinte de la GH.
Clin d'oeil complice, je l'aime cette petite mamie Wink

Le Lac Pangong, c'est un lac sale de 130km de long a cheval sur la Chine et l'Inde. Un dernier conflit a oppose les deux pays autour des frontieres du lac en 1963. L'Inde a perdu un morceau du lac qui est desormais aux 2/3 chinois.
Nous avons decide de visiter ce lac sur la journee, le reveil est donc tres matinal. V. semble un peu mieux que la veille mais elle ne sent pas suffisamment en forme pour nous suivre, la route est longue et nous l'imaginons plutot chaotique.
Effectivement, le goudron laisse rapidement la place a la piste et aux cailloux. Mais a flanc de montagnes, la vue est imprenable sur la vallee de l'Indus et ses cultures en terrasse !



Un arret petit dej' puis un arret pour que le chauffeur se repose un peu aussi. Nous sommes au milieu de nulle part et certaines constructions alentours me font franchement rire !



Nous arrivons au 3eme col le plus haut du monde, 5300m d'altitude. Les soldats indiens sont la, vous offrent le the, nous restons quelques minutes a nous rechauffer, a contempler la neige...
Mais les 2 kikis ont du mal a cette altitude, nous repartons sans trainer. Pour ma part, j'ai une peche d'enfer a 3500 ou 5300m, meme combat ! Si ce n'est la secheresse de l'air qui me fait un peu saigner du nez, mais enfin, c'est un moindre mal...



5h plus tard, une tache turquoise apparait au loin... Le Pangong, nous y sommes, incroyable... Ces couleurs, des degrades de bleu et de turquoise pour l'eau, des oranges pour les montagnes. Face a nous la Chine, derriere les sommets enneiges indiens.
Je reve...



2 heures a admirer, a en prendre plein les yeux, meme nos appareils photo ne rendent pas hommage a toutes ces couleurs.



Nous dejeunons sur place, sous une tente de fortune. Depuis 3 jours, je devore... le dal est avale en quelques minutes sous les yeux meduses de mes compagnons qui ne me connaissaient pas aussi vorace.
Mon voisin indien me regarde saucer mon assiette l'air etonne : "Vous voulez que je leur demande qu'ils vous en redonnent ?"
Je suis un peu genee de passer pour une morfalou, mais j'accepte, c'est tellement bon et j'ai faim ! Moi, la montagne, ca me gagne !

Nous repartons sur Leh, et dormons tous sur le trajet retour. Il etait plus sage que V. ne nous accompagne pas, c'etait eprouvant, et une journee de 12h a une moyenne de 4500m sous des bourrasques de vent, ca creve meme quand on a la peche !
Revenir en haut Aller en bas
lubec

avatar

Nombre de messages : 784
Age : 53
Ville : audenge sud ouest
Date d'inscription : 26/10/2008

MessageSujet: Re: Les moustachus, le curry, les montagnes et moi !   Ven 31 Juil 2009, 22:54

WAOUH!!
la pêche la petite crevette à 5300m!
la photo des lungtas avec les cimes en retrait est magnifique
celle du début sur leh en noir et blanc idem
Revenir en haut Aller en bas
mamina

avatar

Nombre de messages : 1425
Age : 70
Ville : à côté de chez Pascalouloute
Date d'inscription : 19/01/2009

MessageSujet: Re: Les moustachus, le curry, les montagnes et moi !   Ven 31 Juil 2009, 23:05

Superbe ! superbe !
Encore !
Revenir en haut Aller en bas
Niclaude

avatar

Nombre de messages : 1469
Age : 68
Ville : Côte d'Azur.... dans les mimosas
Date d'inscription : 05/01/2008

MessageSujet: Re: Les moustachus, le curry, les montagnes et moi !   Sam 01 Aoû 2009, 13:28

Extra ! décidément, tu nous en mets plein la vue, toi aussi, avec cette inaccessible région.

La suite.........siouplet Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
http://lasiedenosvoyages.fr
Nath'

avatar

Nombre de messages : 1035
Age : 38
Ville : ici mais déjà ailleurs
Date d'inscription : 29/05/2007

MessageSujet: Re: Les moustachus, le curry, les montagnes et moi !   Sam 01 Aoû 2009, 19:05

Que de choses merveilleuses tu as dû vivre ! En tout cas tes photos traduisent bien, je trouve, les couleurs, de là-haut, à tel point que les endroits que tu as photographiés paraissent irréels...
Revenir en haut Aller en bas
http://nathaliedebavelaere.unblog.fr/
Parvat
Photographe de l'année 2009
Photographe de l'année 2009
avatar

Nombre de messages : 820
Age : 52
Ville : Plat pays...
Date d'inscription : 31/03/2007

MessageSujet: Re: Les moustachus, le curry, les montagnes et moi !   Sam 01 Aoû 2009, 20:57

Merci merci merciiii!!!! sunny
Revenir en haut Aller en bas
n'Aline

avatar

Nombre de messages : 2113
Age : 34
Ville : Lyon
Date d'inscription : 12/03/2007

MessageSujet: Re: Les moustachus, le curry, les montagnes et moi !   Jeu 06 Aoû 2009, 11:31

juste GÉNIAL !

et les photos sont superbes !!!

la suiiiiiiiiiite !!! Smile
Revenir en haut Aller en bas
crevette

avatar

Nombre de messages : 2000
Age : 39
Ville : Noisy le Sec
Date d'inscription : 01/10/2007

MessageSujet: Re: Les moustachus, le curry, les montagnes et moi !   Jeu 06 Aoû 2009, 13:54

Nous sommes censés partir le lendemain sur la route des monastères vers Lamayuru, mais nous pensons qu’il vaut peut être mieux attendre 1 journée supplémentaire afin que V. ait le temps de se remettre et de profiter un peu.

En route chez Tashi pour arranger tout ça.
" Hey, salut Crevette, comment vas-tu aujourd’hui ? "
Je souris… Il nous demande si tout s’est bien passé hier, si la jeep nous convenait car il nous a envoyé la plus neuve dont il disposait. Nous nous mettons d’accord pour décaler notre départ d’une journée.

J’en profite pour demander à Tashi s’il connaît un distributeur qui fonctionne, celui du centre étant en panne.
" Il y en a 2 autres mais ils sont en panne, ne t’en fais pas je te trouverai une solution ! "
Je ne vois pas bien laquelle mais il a l’air confiant, je me fie à son sourire !

Après le déjeuner V. et moi filons prendre un thé chez Latif dont je n’ai toujours pas vu les fameux bijoux.
Nous allons y passer tout un après-midi.
Latif fait partie de ces rencontres qui vous marquent… quelque chose se passe sans qu’on ne sache trop quoi ni pourquoi.
C’est un petit bonhomme qui a 45/50 ans, il ne sait pas exactement. Il est né au Kashmir, mais est rapidement adopté par une femme qui le ramènera avec lui à Pondichéry dans le Tamil Nadu. Elle finira elle aussi par s’en débarrasser et le vendra comme main d’œuvre alors qu’il a à peine 10 ans. Son parcours dans un ashram où il restera 3 ans, son guru… c’est sûrement de là que lui vient son coté mystique un peu barré.
Puis un jour, il retourne au Kashmir, retrouve son père malade, ils ne se quitteront plus. Désormais, Latif dessine une partie des bijoux qu’il vend, et son père les réalise.

Les bijoux, justement, parlons en… Latif va me sortir le tiers de sa boutique dans l’espoir de trouver quelque chose qui me plaise. C’est peine perdue… Je ne suis pas une folle du shopping, mais Latif me fait jouer les modèles.
" Tu as un long cou, il faut l’habiller, tu dois être marseillaise, j’ai remarqué que les français du sud avaient un long cou ". Et me voilà rebaptisée « marseille lady », moi la parisienne pure souche !
Je finis par lui montrer une paire de boucles, repérée aussitôt rentrée dans la boutique. D’une beauté…
Il les met de côté, comme si pour lui l’affaire était conclue et me prend le poignet, il appose 3 pierres dessus, passe sa main au-dessus.
Ca dure, je regarde V., je lui dis qu’il doit être en train de me faire un grand numéro de magnétiseur. Je souris, je suis plutôt cartésienne, je me demande bien quel lapin va sortir de son chapeau magique !

Je dois avouer que la suite me met sur les fesses… il dresse un portrait de moi qui sonne tellement juste que c’en est ahurissant !
Il a su déceler mes points forts, mes faiblesses… se permet quelques conseils. Serais-je un jour suffisamment sage pour savoir les suivre…
Fin psychologue ? Un vrai don pour sentir les gens ? Allez savoir, c’est ça aussi l’Inde me dis-je…
Je l’intrigue autant qu’il m’intrigue, il souhaite que je repasse le voir
" J’ai encore des choses à te dire !
- Latif, tu es un drôle de personnage, et c’est bien pour ça que je reviendrai te voir "

Nous disposons donc d’une journée supplémentaire avant la route des monastères que nous décidons de mettre à profit pour aller découvrir le monastère de Thiksey.
Mes finances sont au plus mal, les distributeurs sont toujours à l’arrêt… il y a urgence. Je refuse catégoriquement l’argent de mes compagnons de route, je mets un point d’honneur à ne pas dépendre des autres.
L’agence de Tashi est sur la route qui mène à la station de bus, je m’y arrête et lui demande s’il connaît un commerçant digne de confiance qui moyennant une empreinte de ma CB pourrait me sortir du liquide.
Tashi va alors tout mettre en œuvre pour faire fonctionner leur TPE afin de pouvoir me sortir du liquide lui-même, mais c’est un peu long, il me propose de repasser plus tard…
" Crevette, de combien as-tu besoin, je vais te dépanner en attendant de te trouver une solution !
- Non, non Tashi, j’ai encore de quoi tenir la journée, hors de question que tu me prêtes de l’argent. Je repasse ce soir.
- Ne t’en fais pas, si ça ne marche pas avec notre banque, je t’emmènerai chez quelqu’un que je connais et à qui tu peux faire confiance.
-Tashi, tu es un père pour moi !"
Il se marre…

En route pour Thiksey… Beaucoup de bus stationnent mais peu, voire pas d’infos, S. finira par trouver le bus qui nous y emmènera, 15 roupies par personne, on adore !
Le gompa de loin est sublime, la montée impressionnante, surtout quand comme moi, on souffre de vertige aigu ! (Histoire de vous donner une idée, le simple fait d’être perchée sur un escabeau à changer une ampoule me donne des suées, alors le Ladakh, c’est un vrai défi !)
Nous croiserons quelques moines qui mèneront sur les bons escaliers pour rejoindre le temple principal. Tout est incroyable la vue, le temple, les couleurs encore une fois sont démentielles…
Je suis charmée.



C’est beau, c’est calme, la vue depuis le monastère est encore une fois absolument incroyable…



Une après-midi à consacrer à la découverte de notre premier monastère tibétain. C’est haut en couleurs !


Il est temps pour nous d’aller faire des courses pour Chulichan, nous prenons la direction de la vieille ville de Leh au retour.
On a eu beau en parler, nous sommes un peu paumés sur les quantités et l’utilité de ce que nous sommes susceptibles d’acheter. On commence par du matériel scolaire, des cahiers, des stylos, des crayons, gommes et taille-crayons.
Puis on pense au savon, au shampoing, pas d’encens ici, peu importe nous en trouverons bien sur la route !
Arrive le moment de la facture… j’en profite pour essayer de négocier un peu les prix compte-tenu des quantités… Il consent une petite réduction sur le prix des cahiers.
On s’apercevra à posteriori qu’on a bien sûr oublié les médicaments… Moi et ma petite tête ! Mais comme nous le découvrirons là-bas, tout ce qu’on peut y amener est indispensable, le reste sera donc utilisé à bon escient.

Je reviens vers Tashi pour espérer solutionner mon problème de liquidité. Il n’est plus là mais m’a confié aux bons soins du big boss de l’agence. Un 1er essaie dans un distributeur de billets. La mastercard ne passe pas, il me conduit dans une première boutique mais qui ne dispose pas de suffisamment de liquidités, puis une 2ème.
Le patron est un ami proche, il prend ma carte, ça n’a pas l’air de fonctionner. Le désespoir m’envahit sérieusement… Finalement, c’est la bonne, je repars les poches un peu plus pleines, le sourire aux lèvres et discute un peu avec le big boss.
Tashi lui a visiblement laissé des consignes bien précises "de toutes façons, nous ne t’aurions pas laissé sans argent ! On se serait débrouillé pour que tu puisses continuer ton voyage ".
J’ai la gorge serrée, y a-t-il sur cette terre un autre endroit où le mot solidarité prend à ce point tout son sens ?!
J’avais bien raison, Tashi, c’est une sorte de papa à mon égard !
Revenir en haut Aller en bas
crevette

avatar

Nombre de messages : 2000
Age : 39
Ville : Noisy le Sec
Date d'inscription : 01/10/2007

MessageSujet: Re: Les moustachus, le curry, les montagnes et moi !   Jeu 06 Aoû 2009, 14:41

Le lendemain matin, départ à 6h, Tashi nous a envoyé un autre chauffeur, nous comprendrons pourquoi plus tard…
Nous faisons connaissance de Tsiring, au look franchement rock’n’roll, un genre de Chris Isaack en nettement plus jeune mais version tibétaine !
Côté musique, on a peu peur… Je n’ai rien contre Enrique Iglesias à titre personnel, mais se farcir l’intégral en boucle ça vous gâcherait presque le paysage !
Je crois qu’il finit par comprendre et assume finalement sa rock’n’roll attitude : ce seront les années 70’s pour tout le reste du voyage ! Dans la voiture, mes compagnons de route assurent les cœurs de " Bohemian "Rhapsody"», un grand moment qui arrache même un petit rire à Tsiring.

Mais revenons sur la route… celle qui nous conduit à Lamayuru.
Nous traversons ce qu’on appelle au Ladakh la moonland, un paysage lunaire comme son nom l’indique, des montagnes rocailleuses dont la couleur rappellent celles des meringues de mon enfance…



La route est difficile, et je suis hélas placée du côté précipice. J’ai beau ne pas regarder sur le côté, ça reste difficile pour moi, j’ai les mains moites…
Putain de vertige !
Tiens c’est drôle… Tsiring a oublié de klaxonner à l’approche du virage… Le camion aussi a oublié… Il descend vite, le virage est là, la visibilité est nulle, le camion arrive, un, deux coups de volants, les freins… C* hurle, moi je nous vois déjà dans le ravin…
Il n’en est rien, mais c’est bel et bien la seule fois du séjour où j’ai vraiment cru que tout allait s’arrêter !

L’arrivée à Lamayuru se fait par le haut du monastère, on ne voit donc pas tout de suite qu’il est perché à flanc de montagnes. Pour ceux qui connaissent, ça me rappelle les Météores en Grèce.



Nous allons croiser quelques petits vieux burinés, marmonnant des « Om Mani » à chaque tour de moulin. Le site nous semble grand mais le monastère n’est que partiellement ouvert.







Mes compagnons décident alors de prendre un peu de hauteur et de gravir quelques marches supplémentaires.
Le voyage vertigineux qui m’a conduite jusqu’ici a grillé toutes mes réserves en énergie, je ne tiendrais pas le choc face au vertige une fois de plus, je les attends en bas.
C’est ici que j’achèterai de l’encens ladakhi pour la nonnerie, le vendeur n’en revient pas, je lui vide la moitié de son stock !

Nous sommes parés, en route pour Chulichan.
Revenir en haut Aller en bas
mamina

avatar

Nombre de messages : 1425
Age : 70
Ville : à côté de chez Pascalouloute
Date d'inscription : 19/01/2009

MessageSujet: Re: Les moustachus, le curry, les montagnes et moi !   Lun 10 Aoû 2009, 08:50

Je viens seulement de lire cette suite ....
C'est génial !
Tu arrives à te remettre d'un voyage comme cela ?
J'attends comme tout le monde le passage à la nonnerie mais déjà ton reportage, tes photos, tes impressions....whaouuuuuu !
Revenir en haut Aller en bas
crevette

avatar

Nombre de messages : 2000
Age : 39
Ville : Noisy le Sec
Date d'inscription : 01/10/2007

MessageSujet: Re: Les moustachus, le curry, les montagnes et moi !   Lun 10 Aoû 2009, 15:41

La route est étonnante, en réfection, les regards semblent étonnés sur notre passage. C’est perdu… Ils doivent penser que nous le sommes aussi. Comment envisager que des occidentaux puissent avoir délibérément choisi de venir par ici ?!!
La nonnerie est là, au bout du monde, au milieu des abricotiers.

Nous nous dirigeons vers la nonnerie. La porte d’entrée laisse deviner la qualité de l’accueil, un grand welcome inscrit en rouge. Quelques filles vont et viennent et nous conduisent vers la plus âgée.




Elle parle peu anglais, la communication va être difficile. Elle nous explique que la « sœur » qui gère la nonnerie n’est pas là, elle est en ville, partie récupérer (ou acheter, mais je ne suis pas sûre) une voiture. Et quand on voit le chemin que nous avons emprunté pour arriver jusqu’à elles, on se dit tout de suite que ce n’est pas du luxe. Certes, les moines qui sont installés les aident de temps à autres pour acheminer quelques denrées, mais tout de même…

Les jerricanes d’essence à remplir, les bidons d’eau à remonter… Elles sont jeunes et frêles, et même aidées par des ânes ou des chevaux, on peine rien qu’à les imaginer !

Je lui parle de l’asso, de Pascale et Louloute l’an dernier.
Ca n’a pas l’air de lui rappeler grand-chose, je sors donc le petit recueil de photos.
Et là bingo, en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, me voilà assaillie d’une nuée de petites robes rouges, je tends le bouquin mais aucune d’entre elles n’ose s’en saisir.




Elles feuillètent, elles rigolent, certaines sont gênées de se reconnaître…



J’aimerais tellement comprendre ce qu’elles se disent, ce que tout ça leur évoque.

La plus grande des filles nous fait alors visiter la nonnerie, je ne recommencerai pas ce que Pascale a très bien fait l’an dernier,mais quelques clichés quand même…

Les salles de classe,



le récupérateur d’eau,



la petite cuisine dans laquelle on nous prépare le thé.



Le confort est sommaire, peut-on d’ailleurs encore parler de confort ?!
La première idée qui me vient, c’est qu’il s’agit plutôt de survie !

Et pourtant elles ont l'air heureux les filles ici ! On assure leur éducation et des repas quotidiens, c’est semble-t-il une fierté pour les familles. Je ne peux pas m’empêcher de penser que c’est aussi une bouche de moins à nourrir et une fille de moins à marier…
Elles espèrent toutes pouvoir comme les plus grandes l’ont fait avant elles, finir leurs études à Dharamsala, suivre les enseignements du Dalai Lama.

Nous nous installons sous une petite tonnelle pour prendre notre thé, là trône un petit livre plastifié. Je l’ouvre… Chaque fille y a sa photo, et un petit texte en anglais les présente brièvement.
Elles viennent presque toutes du Zanskar. Certaines d’entres elles ont des rêves : ne pas repasser un hiver ici, aller voir Leh (qui doit être à moins d’une 50aine de kilomètres de la nonnerie).
Bon sang, ces gamines n’ont probablement connu que la nonnerie en dehors de chez elles ! Ca remet les choses à leur place, je vous le dis !

A ce moment arrive une suissesse qui passe une partie de l’année ici depuis 6 ans. J’espère qu’elle pourra nous servir de traductrice, c’est peine perdue, elle ne maîtrise pas le ladakhi, mais comme elle le dit
« je les connais tellement bien toutes qu’on n’a pas besoin du langage pour se comprendre ! »
Je lui explique l’asso, le coup de cœur de l’an dernier… les quelques vivres que nous avons amené avec nous, le doute sur l’utilité de ce que nous apportons.
Sa réaction se passe de commentaire « elles ont besoin de tout ». Oui, à l’évidence…

Les filles ont à peine regardé ce que nous amenions… Mais des dizaines de « thank you » se font entendre…

Nous sommes là depuis plus d’une heure, certaines des filles se font rappeler à l’ordre, il ne faut pas perde de temps sur les tâches quotidiennes.
L’emploi du temps à la nonnerie est réglé comme du papier à musique, chacune ses tâches.



Elles boudent, mais retournent à leurs occupations.




La plus âgée des filles revient avec 4 écharpes blanches, de celles que l’on remet à ses hôtes dans la tradition bouddhiste tibétaine.
Elles sont pour nous : « come back again ».
Cette fois, c’est nous qui les couvrons de mercis !

Mais nous ne voulons pas perturber plus que ça leur organisation et décidons qu’il est temps pour nous de repartir.

Pour être honnête, je ne sais absolument quoi en retenir… Je n’avais rien imaginé à propos de cette « rencontre », je ne savais pas ce qui en découlerait émotionnellement. Hélas, rien… Cette foutue barrière de la langue !
Tout ceci ne m’a pas mise vraiment à l’aise. L’impression d’être un peu arrivée comme un cheveu sur la soupe, et puis d’autres choses qui m’ont dérangé.

Je me suis attardée dans les différentes salles de classe, dans l’espoir de retrouver peut être quelques livres que Pascale et Louloute avait apporté. Rien de tout ça… les quelques livres aperçus ci et là étaient en ladakhi ou en tibétain.
Et ce qui m’a mise le plus mal à l’aise c’est ça :



Heureusement que nous ne sommes pas, je l’espère, les seuls à leur filer un petit coup de pouce (d’ailleurs qui part au Ladakh l’an prochain pour le suivi ?... Personne ?... Bon, bah ok, je me dévoue alors !! C'est bien parce que vous insistez...tongue ) mais quand même quand on vous colle un RIB sous le nez, ça fait un drôle d’effet !

Et cette impression de n’être qu’une goutte d’eau dans l’océan. J’ai eu beau me dire que c’était mieux que rien, c’est quand même terriblement frustrant, aucun suivi, aucun souvenir…
Juste quelques occidentaux venus améliorer leur quotidien pour quelques jours, voire quelques semaines. Je n’ai aucune idée de la façon dont elles peuvent percevoir ces quelques aides, mais pour ma part, je n’en ai tiré aucune satisfaction…
J’irais même plus loin… l’impression de faire un peu la mendicité ! On arrive, on prend le thé, on laisse les quelques provisions, et on repart… Le tout a duré une heure et demie !

Je pense que l’asso prend une vraie bonne direction avec l’école, un vrai suivi, une vraie détection des besoins, l’implication des locaux… Bref, tout ce qu’on ne peut absolument pas faire avec les coups de cœur et qui rend ces actions monstrueusement frustrantes !! (en tout cas à mes yeux !)
Revenir en haut Aller en bas
mamina

avatar

Nombre de messages : 1425
Age : 70
Ville : à côté de chez Pascalouloute
Date d'inscription : 19/01/2009

MessageSujet: Re: Les moustachus, le curry, les montagnes et moi !   Lun 10 Aoû 2009, 23:12

Plusieurs expériences, plusieurs ressentis, à chaque fois l'impression d'être une goutte d'eau... mais comment savoir si tout simplement votre présence, vos sourires ne sont pas les plus grands cadeaux du monde !
Ici, sur TD nous savons maintenant qu'il y a au fin fond du Ladakh plein de petites nonnes qui attendent qu'on les aide... un tout petit peu !
Merci Crevette d'avoir été si honnête !
Revenir en haut Aller en bas
Pascale
Modératrice
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 6828
Age : 57
Date d'inscription : 07/03/2007

MessageSujet: Re: Les moustachus, le curry, les montagnes et moi !   Mar 11 Aoû 2009, 06:47

Et bien dis donc, Crevette, pour un carnet, c'est un carnet Very Happy
Impossible de tout lire maintenant, sinon les sacs vont rester au sol, les courgettes dans le jardin et le linge dans la machine... mais je vais vite me rattraper.

Je viens de lire quand même la partie sur Chulichan et je comprends tes interrogations. Je crois que la chance qu'on avait eu, c'est que la nonne en chef ait été là. Comme elle parle anglais, on avait pu échanger longuement. Elle avait pu nous montrer la potager, nous parler de la vie de tous les jours.
Une goutte d'eau dans la mer... certes, mais qui rafraîchit certainement aussi un peu. Même si tu as le sentiment d'avoir fait peu de choses, tu as tissé un fil entre elle et le monde extérieur, tu leur as montré que le reste du monde peut parfois être sensible à la vie de ces petites nonnes. Pour la supérieur, c'est aussi une façon de reconnaître le travail extra qu'elle fait.

Bisous à toi ma Crevette !

-------------------------------------------------------------------------------
http://www.taiderpourlase.com/
Revenir en haut Aller en bas
Parvat
Photographe de l'année 2009
Photographe de l'année 2009
avatar

Nombre de messages : 820
Age : 52
Ville : Plat pays...
Date d'inscription : 31/03/2007

MessageSujet: Re: Les moustachus, le curry, les montagnes et moi !   Mar 11 Aoû 2009, 08:24

Certaines d’entre elles ont des rêves : ne pas repasser un hiver ici
Et nous bien tranquille avec le chauffage, l'eau chaude à volonté....
Mille mercis Crevette!
Je comprends qu'aider d'une goutte d'eau est un peu frustrant alors qu'elles ont tant besoin. Mais là ca fait déjà trois gouttes d'eau! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
crevette

avatar

Nombre de messages : 2000
Age : 39
Ville : Noisy le Sec
Date d'inscription : 01/10/2007

MessageSujet: Re: Les moustachus, le curry, les montagnes et moi !   Mar 11 Aoû 2009, 08:27

Citation :
Et bien dis donc, Crevette, pour un carnet, c'est un carnet

et c'est pas fini !! lol!

Contente que vous soyez bien rentrés tous les deux ! Pour vous aussi ça a eu l'air d'être un sacré voyage, je me dépêche de finir le mien pour pouvoir lire votre carnet à tête reposée Wink

Citation :
Tu arrives à te remettre d'un voyage comme cela ?
Clairement non !! Tellement de choses en si peu de temps, difficile d'attérir dans la vraie vie, même après avoir repris le boulot...
C'est ça la magie du voyage... c'est peut être aussi pour ça que je mets autant de temps à finir ce carnet, pour prolonger un peu tous ces instants de bonheur...
Revenir en haut Aller en bas
Pascale
Modératrice
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 6828
Age : 57
Date d'inscription : 07/03/2007

MessageSujet: Re: Les moustachus, le curry, les montagnes et moi !   Mar 11 Aoû 2009, 10:39

Ben ma Crevette !!!! ça y est j'ai tout lu. Un intense moment de plaisir. Drôle, émouvant, sincère.
Et dire que Nicole attend que je finisse mon carnet sur l'Inde Embarassed . Après celui de Parvat et le tien, je crois que je vais faire l'impasse.
Trop bien, les filles !!!!!!

-------------------------------------------------------------------------------
http://www.taiderpourlase.com/
Revenir en haut Aller en bas
crevette

avatar

Nombre de messages : 2000
Age : 39
Ville : Noisy le Sec
Date d'inscription : 01/10/2007

MessageSujet: Re: Les moustachus, le curry, les montagnes et moi !   Mar 11 Aoû 2009, 12:00

Mais il est l’heure d’arriver sur Alchi. Le temps de nous trouver une petite guesthouse et d’y passer la nuit. Tsiring, notre chauffeur vient visiter les chambres avec nous, il veut s’assurer que nous trouvions quelque chose de correct. C’est adorable.

Nous voici donc débarqués dans ce petit village qui aurait des airs de paradis s’il n’y avait pas ces ânes qui braient à longueur de temps (la nuit compris bien évidemment !).



On se promène au milieu des champs une petite partie de la soirée. Puis retour à la guest où le patron s’occupe lui-même de la popote. V. malade, il mettra tout son cœur à lui faire un petit plat spécial pour la remettre d’aplomb.

Ce soir-là, V. vient me chercher dans la chambre, je crains une mauvaise nouvelle, elle ne me dit rien et m’emmène sur la terrasse de la guest.
" Regarde là-haut ! "
Je lève la tête, c’est magique, des milliers d’étoiles, la voie lactée… Jamais vu un ciel aussi étoilé, c’est féerique !

Nous profitons de la matinée du lendemain pour visiter les temples d’Alchi, je ne vous posterai aucune photo, c’était interdit et contrairement à mes petits camarades j’ai scrupuleusement respecté les consignes…
Si vous aviez la chance de visiter cette région, ne manquez Alchi sous aucun prétexte, les temples y sont superbes, et les peintures dans un état de conservation impressionnant !

Puis notre dernière étape avant le retour sur Leh, le monastère de Likir.
J’avoue honteusement qu’après tous ces monastères en si peu de temps, je commence à me lasser, j’ai envie d’aller gambader dans les montagnes, de retrouver les cîmes. Le besoin de prendre l’air aussi, difficile de trouver le consensus permanent quand on voyage à 4, et plus difficile encore quand on prend des habitudes de voyageuse solitaire…
Je vais du coup m’intéresser plus à la vue sur l’extérieur que sur le monastère en lui-même. Même le bouddha de 7 mètres de haut ne réussit pas à me faire détourner les yeux de mes chères montagnes.



De retour sur Leh, nous repassons chez nos petits papy et mamy à la Lamagon GH en espérant que des chambres y sont encore disponibles. Bingo ! On a l’impression d’être attendus "Jullay ! Jullay ! Jullay ! ".
On est bien ici, j’ai l’impression d’être rentrée à la maison.

C. et V. héritent d’une nouvelles chambre, je crois que c’est une chambre qui d’ordinaire est utilisée pour la famille, il y a un immense poster du Potala au dessus du lit, un petit salon en bois et des photos de famille sur les étagères.
Mon petit papy est un ancien policier, ça explique sûrement ce premier abord un peu bourru !… La photo doit avoir 25 ans, il pose fièrement sur sa bécane.
Je me dis qu’on doit vraiment être considérés pour qu’ils nous laissent cette chambre !
Papy arrive, nous dit qu’on peut rester autant de temps qu’on veut et rajoute « Pay as you like, no problem ! ».
Compte-tenu du prix de la chambre et de la gentillesse de la famille, nous sommes tous les 4 d’accord pour payer le prix qu’ils en demandaient dès le départ !

Papy est sur la terrasse, je le regarde ramasser une partie des herbes qu’ils font sécher. Il peine un peu, et surtout il est seul.
Je vais aller lui filer un coup de main. Il bougonne un peu, j’insiste ! Il finit par me sourire, m’expliquer comment choisir celles que je vais ramasser, où les mettre. Ce sont les réserves de foin pour les bêtes cet hiver.
Je n’en reviens pas, la belle saison est courte, nous sommes début juillet, dans 2 mois le froid, et dans 3, la neige. Ils n’ont que peu de temps pour se préparer à l’hiver finalement.
Je me demande à quoi peut bien ressembler l’hiver ici. Je rêve de pouvoir expérimenter le Ladakh sous la neige.

Nous disposons d’une journée sur Leh avant notre départ vers la Nubra, qu’il nous faut encore régler auprès de Tashi.

Arrivés à l’agence, les retrouvailles avec Tashi sont toujours aussi chaleureuses. Nous avosn envie de l’inviter à dîner, sa famille et lui. Je le lui propose mais il est très gêné. Sa femme a de gros soucis pour marcher et surtout sa fille est sur le point d’accoucher.
Je suis déçue bien sûr mais j’essaie de ne rien laisser transparaître.
" Je comprends Tashi, pas de problème, et puis c’est important d’être grand père surtout quand c’est la 1ère fois ! "
Il n’est pas dupe… se retourne vers un de ses collègues, lui dit quelques mots d’hindi puis :
" Ok Crevette, j’ai une heure et demie devant moi, allons déjeuner tous ensemble ! "

J’ai les yeux qui brillent, je suis heureuse de pouvoir partager un moment en sa compagnie autour d’un repas tibétain.
Nous allons beaucoup échanger avec Tashi, je suis curieuse de son passé. J’ai peur de le gêner mais il répond à toutes nos questions sans détour.
Il est réfugié. Ses parents ont fuit la Chine en 1960, il doit avoir à cette époque 1 ou 2 ans il ne sait pas exactement. Ils traversent l’Himalaya, arrivent au Bhoutan après de longues semaines de marche en plein hiver. Puis ils reprendront la route vers l’Inde, de nouveau il leur faudra 1 mois avant de passer la frontière et de s’établir dans l’Himachal Pradesh.

Il est désolée de la façon les Tibétains sont traités par les chinois. Il emploie le terme de génocide… et l’illustre notamment en nous parlant de Lhassa, plus précisément du vieux Lhassa qui n’est encore peuplé que de Tibétains. C’est le seul endroit où les Chinois ont autorisé la vente d’alcool, et à des prix défiants toute concurrence. Stratagème ignoble du gouvernement pour liquider les quelques survivants tibétains de la capitale…
Et pourtant, Tashi est plein d’espoir pour le Tibet, les écritures sacrées tibétaines avaient prévu l’annexion par la Chine, mais elle prévoit aussi son retour à l’Indépendance.
Il faut y croire pour que tout ça se réalise me précise-t-il…

Je lui dis que je pense qu'il oublie tous les enjeux économiques... et lui conte a titre d'exemple la visite du Dalai Lama a Paris ou il ne sera finalement reçu que par Delanoe, pression économique chinoise sur le président oblige.
Il sait tout ça, mais il sait aussi que la France est le principal pourvoyeur de fonds prives pour la défense des droits tibétains. Il nous parle de tous ces français rencontrés ici qui essaient d'œuvrer pour la cause tibétaine.

Nous parlons des JO, Tashi est allée manifester à Delhi au moment du passage de la flamme. L’Inde n’a pas eu d’autre choix que les arrêter, Tashi a fait quelques jours de prison, mais il nous explique que l’administration les a bien traités.
Nous en venons donc à parler du statut des réfugiés… et ce que je vais entendre n’en finit pas de me surprendre
" Nous sommes les réfugiés les plus chanceux du monde ! L’Inde nous permet d’envoyer nos enfants dans des écoles tibétaines, de pratiquer le bouddhisme comme nous l’entendons,
de pouvoir préserver notre culture. Nous sommes même représentés au Parlement !
Et surtout l’Inde nous a donné ce qu’il y a de plus précieux : la terre. Bien sûr ces terres se trouvent dans des camps de réfugiés, il n’y pas beaucoup de place, les gens là-bas y sont un peu les uns sur les autres, mais nous avons de la terre ! "

Et de nous dire à quel point c’est important de préserver nos ressources. Il prêche des convaincus…
Il nous explique les dégâts du réchauffement climatique. La fonte des glaciers, les inondations, la couche de glace l’hiver qui n’est plus assez épaisse pour traverser les fleuves et qui isolent encore un peu plus les populations les plus reculées.
Les températures augmentent et certaines parties de la vallée de l’Indus voient arriver les moustiques. Le développement du tourisme et l’arrivée des maladies avec nous…
Il sait les revenus qu’apporte le tourisme dans la région, il est le 1er à en bénéficier, mais il œuvre aussi pour qu’autour de lui, chacun puisse avoir sa chance de gagner décemment sa vie. Ainsi, il ne fait jamais ses courses chez les mêmes commerçants, emploie des chauffeurs différents pour son agence…

Puis nous parlons de sa culture, l’accouchement de sa fille est prétexte à nous expliquer à quel point les femmes sont respectées dans la culture tibétaine. Il est fier, fier de ses racines, fier de partager, nous sommes littéralement suspendus à ses lèvres, avide d’apprendre ce qu’il peut nous transmettre.

Il sait la chance qu’il a d’être du bon côté de la frontière, bien que loin de chez lui. Il sait qu’un jour la Chine cèdera sur la question tibétaine, peu importe le temps que cela prendra.
Il n’a aucune haine, aucune rancune. Il prend le meilleur de ce que la vie lui donne…



Une heure et demie, c’est vite passé. Son agence l’appelle, il lui faut y retourner.
Je le regarde partir, ne pas craquer… J’ai une boule dans la gorge depuis de longues minutes…
V. me regarde
" Ca va Crevette ? "
Je n’arrive même pas à lui répondre, j’ai des sanglots dans la voix
- Je suis émue, je ne sais même pas pourquoi !
- Ah, ça y est, l’Inde t’a enfin touchée
- C’est pas l’Inde, c’est lui ! Et lui c’est le Tibet…
- Tu nous l’a dis, et tu lui as dit, tu as vu une sorte de papa en lui "

V. comprend que j’ai besoin d’être un peu seule, elle retient mes petits camarades sur un marché, je prétexte devoir remonter chercher mes cigarettes.
J’explose en larmes, ça ne s’arrête plus de couler… J’ai besoin d’évacuer ce trop plein d’émotions…

Je me pose 2 heures toute seule, puis je fais un saut chez Latif qui me trouve un air bizarre.
J’ai du mal à lui expliquer ce qui s’est passé. Moi-même je ne l’analyse pas, et je n’ai ni envie de l’analyser ni de le raconter.

Latif me propose un thé dans sa cuisine de fortune. Il s’allume un énorme pétard, je lui précise à toute fin utile que j’ai pour ma part suffisamment d’épices dans mon thé. Il sourit…
Il me reparle de moi, de la 1ère impression qu’il a eu en me voyant, de mon abord méfiant… et là, nous y sommes
" Mais en fait, tu es un diamant caché dans le sable ! Quand on souffle doucement dessus, il brille. Il faut ouvrir ton chakra ! "
Et de joindre le geste à la parole, en désignant le bas-ventre.
J’explose de rire :
" Laaaaatif !! Enfin… Pitié, pas toi !
- Non, mais je comprends, tu ne veux pas parce que je suis étranger, c’est normal !
- Tu vois Latif, il y a deux heures, j’étais en larme, et maintenant je ris et c’est grâce à toi ! Je te l’avais bien dis que tu étais un drôle de personnage !! On se voit ce soir, on vient diner avec toi avec V. A tout à l’heure ! "

Dîner surréaliste avec V., nous avons beaucoup ri…
Imaginez-vous sur le toit d’une guest house, avec un Latif complètement ailleurs vu ce qu’il avait fumé et son "aide cuisto", Rachid, raide explosé à l’alcool. On s’est demandé dans quel état on allait ressortir, et surtout ce qu’on allait bien pouvoir manger.
Tout s’est très bien passé, et V. et moi garderons à jamais un souvenir impérissable de ce dîner !

Demain, direction la Nubra…
Revenir en haut Aller en bas
annitabanana

avatar

Nombre de messages : 1208
Age : 36
Ville : Marseille
Date d'inscription : 07/02/2008

MessageSujet: Re: Les moustachus, le curry, les montagnes et moi !   Mar 11 Aoû 2009, 12:10

Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
http://annitabanana.canalblog.com/
Pascale
Modératrice
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 6828
Age : 57
Date d'inscription : 07/03/2007

MessageSujet: Re: Les moustachus, le curry, les montagnes et moi !   Mar 11 Aoû 2009, 12:26

+1 !

-------------------------------------------------------------------------------
http://www.taiderpourlase.com/
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les moustachus, le curry, les montagnes et moi !   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les moustachus, le curry, les montagnes et moi !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TASHI DELEK le forum Asie du sud EST. :: CARNETS DU VOYAGEUR :: Ceylan ,Inde, Népal.-
Sauter vers: